Depuis plus de 30 ans, Stephan Eicher expérimente et confronte son travail exigeant à la musique. Son nouvel album s'appelle "Homeless song" (Polydor) et il est composé de titres inédits.

L'auteur, chanteur et compositeur, Stephan Eicher, au Grand Rex, le 2 février 2019 à Paris.
L'auteur, chanteur et compositeur, Stephan Eicher, au Grand Rex, le 2 février 2019 à Paris. © Getty / David Wolff - Patrick / Redferns

Stephan Eicher est né sous le signe de la diversité et de l'ouverture d'esprit aux autres puisque sa mère est alsacienne et son père issu de la communauté d'origine tzigane des Yéniches. 

Pour pimenter davantage ce mélange, il voit le jour en Suisse près de Berne, dans le village de Münchenbuchsee. Son père est violoniste et Stephan Eicher a donc baigné en permanence dans une ambiance musicale, tout comme ses deux frères, eux-mêmes musiciens.

Un univers qui lui permet d'être à l'aise dans des compositions chantées en allemand et bernois (dialecte suisse allemand), en français où sa façon de rouler les r apporte un charme rocailleux, et en anglais.

"Homeless song" est album très folk, composé de 14 chansons. Philippe Djian et Martin Suter figurent toujours parmi les paroliers. 

Stephan Eicher y chante en français, en bernois, en anglais, voire en dialecte de l'Emmenthal, distillant sa poésie et déployant son élégance à la manière d'un Leonard Cohen. À noter aussi la participation sur ce disque de Miossec et d'Axelle Red sur le titre "La Fête est finie".

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.