Georges Benjamin crée l’événement avec "Dream of the Song", inspiré notamment de Garcia Lorca et que défendent le contre-ténor star Bejun Meht et Daniel Harding.

Le compositeur britannique George Benjamin, le 4 Juillet 2012 au Grand Théâtre de Provence à Aix-en-Provence, après une répétition de son opéra "Written On Skin".
Le compositeur britannique George Benjamin, le 4 Juillet 2012 au Grand Théâtre de Provence à Aix-en-Provence, après une répétition de son opéra "Written On Skin". © AFP / BORIS HORVAT

A la suite de l’immense succès de "Written on skin", que d’aucuns considèrent comme le meilleur opéra des vingt dernières années, George Benjamin a choisi dans "Dream of the song" des poèmes hébreux et des textes de Federico Garcia Lorca. Bejun Mehta, l'un des meilleurs contre-ténors actuels, l’interprète aux côtés de Daniel Harding. Place ensuite à Brahms et sa Première Symphonie, créée en 1876. George Benjamin est l'invité de l'Heure Bleue.

Le compositeur décrit ainsi "Dream of the song" : « Les poètes Samuel HaNagid et Solomon Ibn Gabirol écrivaient en hébreu, vivaient au milieu du XIème siècle tandis que Federico García Lorca écrivait en espagnol et fut tué en 1936 par les fascistes, dès le début de la guerre civile en Espagne. Bien que les siècles et leurs langues les séparent, ils ont en partage une source d’inspiration commune : la poésie arabe, celle de l’Andalousie du IXème siècle. Dans ma partition, les textes en hébreu, traduits en anglais, sont confiés au contre-ténor soliste, tandis que les poèmes de Lorca, chantés en espagnol, sont confiés au chœur de femmes. La palette orchestrale autour de ces voix est minutieusement choisie et resserrée, les seuls instruments à vent étant deux hautbois et un quatuor de cors, tandis que la section des cordes est complétée par deux harpes et des percussions métalliques. »

"Dream of the song" est une co-réalisation Orchestre de Paris et Festival d'Automne à Paris.

Les invités

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.