Figure emblématique de l’underground new-yorkais des années 1980, la photographe Nan Goldin est en ce moment au Château d’Hardelot pour une exposition intitulée « Fata Morgana ».

Nan Goldin, photographe, au Gala du printemps 2018 de The Kitchen, le 16 mai 2018 à New York.
Nan Goldin, photographe, au Gala du printemps 2018 de The Kitchen, le 16 mai 2018 à New York. © Getty / Taylor Hill

Nan Goldin s’est fait connaitre au début des années 1980 avec La Ballade de la dépendance sexuelle, diaporama de 750 clichés accompagnés de musique, projeté pour la première fois en 1979 au Mudd Club de New York.

Depuis, la photographe expose dans le monde entier, mettant en lumière les événements du quotidien de son entourage, ses amis, sa famille, ses voisins… Nan Goldin révèle la beauté des corps atypiques, sans filtre ; ses prises de vues sont autant des prises de positions. Femme de combat, elle s’est récemment attaquée aux laboratoires pharmaceutiques américains et aux opioïdes, responsables de 33 000 morts par overdoses en 2015 aux USA...

De passage en France, elle expose ses paysages oniriques au Chateau d'Hardelot, jusqu'au 11 novembre.

Choix musical : Suicide Cheree 

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.