L'écrivain René Frégni anime des ateliers d’écriture en prison, proposant une réflexion sur le rôle des mots et des livres dans le parcours des individus. Il vient de publier "Carnets de prison ou L'oubli des rivières" (Gallimard-Tracts). Portrait ce soir dans l'Heure Bleue.

L'écrivain, René Frégni auteur de "Carnets de prison ou L'oubli des rivières" (Gallimard-Tracts).
L'écrivain, René Frégni auteur de "Carnets de prison ou L'oubli des rivières" (Gallimard-Tracts). © Maxppp / PHOTOPQR/LA PROVENCE/Vrel Valérie

Cet été, Antoine Gallimard a ressuscité la mythique collection "Tracts" qui existait dans les années 1930, et avait accueilli de grands écrivains comme André Malraux ou Jean Giono qui y a d’ailleurs y avait écrit "Refus d’obéissance" en 1934. 

Il a appelé René Frégni et lui a proposé d’y participer et d’écrire un texte.

Je ne suis ni philosophe ni sociologue, je ne milite nulle part, ne fait partie d’aucune obédience. Je fuis les convictions qui m’éloignent du rêve. J’aime le bruit des mots. Le hasard m’attend sur chaque page blanche. La jeunesse aime le hasard. Quand j’écris, je cesse de vieillir.

René Frégni, qui est aussi passé par la prison et les tribunaux pour y être finalement blanchi, a donc raconté dans "Carnets de prison ou L'oubli des rivières", l’histoire de sa vieille rancune avec l’injustice, née de son parcours personnel, mais surtout des lectures que lui faisait sa mère sur Jean Valjean et le Comte de Monte Cristo injustement emprisonnés. Le minot de Marseille y parle de son travail dans les prisons, du rôle des livres, des mots et de l'amour tout au long de sa vie, de son impuissance face à ces montagnes de misère et d'injustices qui s'accumulent et annoncent dit-il, des jours sans doute barbares.

À noter :

Rendez-vous le 30 janvier à la Seine Musicale de Boulogne-Billancourt pour découvrir Les Chemins Noirs, inspiré du premier roman de René Frégni et mis en musique par Richard Galliano.

Choix musical : Barbara - Dis, quand reviendras-tu ?

Archives diffusées : 

  • Archive Ina du 1er juillet 1965 : Jean Giono raconte son enfance en Provence et l’importance des paysages pour son imaginaire sur la nature
  • Extrait de l’Heure Bleue du 24 octobre 2019 : Christophe, prisonnier à la centrale d’Arles 
  • Archive Ina du 8 novembre 1999 (au micro de Soeuf El Badawi) : Jean Claude Izzo à propos de la ville de Marseille 
  • Archive Ina du 10 mars 1975 (au micro de Jacques Chancel) : Michel Foucault à propos des prisons et de la punition au moment de la parution de son livre  Surveiller et punir 

Générique : Veridis Quo - Daft Punk 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.