Alain Cavalier se revendique comme un "filmeur". Il est très attentif à ce qu’on appelle le réel et travaille depuis des années le film comme d’autres leur journal intime.

Alain Cavalier le 7 février 2013 à Toulouse
Alain Cavalier le 7 février 2013 à Toulouse © Maxppp / MICHEL VIALA/PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI

Alain Cavalier a voulu faire du cinéma parce que, adolescent, le visage des femmes sur grand écran lui donnait des sensations "érotiques". Plus tard, dans les années 60, il réalisait des films à succès comme par exemple : "Le Combat dans l’île" avec Jean-LouisTrintignant et Romy Schneider, "L’Insoumis" avec Alain Delon et Lea Massari, ou "La Chamade" avec Catherine Deneuve et Michel Piccoli. Et puis un jour, ne croyant plus à l’illusion de la fiction à la troisième personne, il ne tourne plus que caméra au poing et sans acteurs, juste pour créer une œuvre "de bric et de broc, comme la vie".

Le cinéaste viendra présenter en personne au Festival de la Rochelle, une nouvelle série de six films, intitulée "Portraits XL", où chaque film est un moyen-métrage autonome. Ce soir, il sera l'invité de Laure Adler et nous racontera sans doute l'histoire de Jacquotte , Daniel, Guillaume, Philippe, Bernard, ou Léon.

Pastille sonore : Mohamed El Khatib

Choix musicaux :

  • Pulp : "Common People"
  • Charles Trenet : "Boum"
  • Camille : "Lasso"

Extraits de films :

  • du "Filmeur", 2004, règlement de comptes d’Alain Cavalier avec les petits tracas de l’enfance
  • de "Pater", 2011, demande d’Alain Cavalier à Vincent Lindon pour être premier ministre
  • de "Six portraits XL", Daniel, portrait n°2, 2017, jeu de grattage

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.