L’œuvre de Francis Bacon est souvent décrite comme violente et torturée. À cela il répond que c’est la vie qui est violente et qu’il ne fait que peindre la réalité. Deuxième épisode consacré à Bacon avec deux invités pour continuer de le découvrir.

Le peintre Francis Bacon posant devant des tableaux dans une galerie parisienne le 29 septembre 1987 à Paris
Le peintre Francis Bacon posant devant des tableaux dans une galerie parisienne le 29 septembre 1987 à Paris © Getty / Raphael GAILLARDE / Gamma-Rapho

La vie de Francis Bacon est synonyme de fragilité : de sa petite enfance où il est chétif et asthmatique à l’âge adulte où la dépression le dévore. Son œuvre se révèle donc psychanalytique et parfois même métaphysique. Le sacré et le profane s’y mélangent souvent, comme pour mettre en forme l’existence, la sienne, vécue dans la douleur. 

Ce soir les deux invités de l’Heure Bleue vont continuer d’explorer les démarches artistiques de Francis Bacon. Le premier, Franck Maubert, a rencontré plusieurs fois Francis Bacon et a même visité son atelier.  

Le second, l'essayiste et romancier Yannick Haenel, a signé la préface de Conversations de Francis Bacon et a passé une nuit entière dans l’exposition « Bacon en toutes lettres » au Centre Pompidou entourés des tableaux de l’artiste. 

Cette émission est une rediffusion du 5 novembre 2019

Programmation musicale
  • Djeuhdjoah & Lieutenant NicholsonCaipirinha (radio edit)2020
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.