Fabien Hagège, Guillaume Namur et Vincent Haasser lui consacrent un documentaire. Les auteurs le présentent ainsi : "Critique qui a peu écrit, cinéaste sans film, professeur qui ne fait pas cours, père sans enfants."

 Jean Douchet, critique et historien du cinéma, dans le cadre de l Arras film festival le 10 novembre 2017.
Jean Douchet, critique et historien du cinéma, dans le cadre de l Arras film festival le 10 novembre 2017. © Maxppp / ELISE CHIARI/PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Lorsque les trois jeunes cinéphiles l'ont rencontré, ils avaient dix-sept ans. Aujourd'hui, les trois ex-lycéens dédient un portrait vibrant à leur mentor, "Jean Douchet, l'enfant agité", et recueillent les témoignages d'anciens disciples. Peu connu du grand public, cet historien du cinéma issu de la Nouvelle Vague a influencé toute une génération de cinéastes, dont Arnaud Desplechin et Xavier Beauvois. Pour la plupart des cinéphiles, Jean Douchet est avant tout l’auteur d’un livre. Son "Alfred Hitchcock" paru en 1967 reste, aux côtés du "Hitchcock" de Truffaut, fameux dialogue entre les deux cinéastes, la bible des inconditionnels du maître du suspense. Publié six mois après celui du réalisateur des "Quatre Cents Coups", ce livre lui valut d’être l’invité du cinéaste britannique à Holly­wood.

"Jean Douchet, l'enfant agité" est le portrait d'un éternel jeune homme passionné, critique aux multiples facettes. Les trois cinéphiles-réalisateurs y suivent Jean Douchet et interrogent ceux et celles qui ont croisé sa route. Un film pour tenter de percer le mystère de celui qui a passé sa vie à faire partager son amour du cinéma. 

Pastille sonore : Xavier Beauvois 

Choix musical :  Georges Delerue : "Thème de Camille" (Musique du film de Jean-Luc Godard "Le Mépris")

Extrait de film : "Hiroshima mon amour" d’Alain Resnais

Archives :

  • rchive Ina du 4 novembre 1964 : Henri Langlois à propos du soutien d’André Malraux à son égard 
  • Archive Ina du 1er juin 1980 : Jean Luc Godard à propos du film Sauve qui peut la vie
  • Extrait d’un entretien avec La revue du cinéma en mai 1971 : Jean Eustache à propos de son cinéma 

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.