Pendant la Seconde Guerre mondiale, Adolfo Kaminsky a sauvé des milliers d'enfants juifs en leur faisant des faux papiers. Après-guerre, il est resté dans la clandestinité aidant divers mouvements à travers le monde. Une exposition montre pour la première fois ses photos.

Adolfo Kaminsky, résistant et spécialisé dans la fabrication de faux papiers d'identité, à Paris, le 26 septembre 2019.
Adolfo Kaminsky, résistant et spécialisé dans la fabrication de faux papiers d'identité, à Paris, le 26 septembre 2019. © Maxppp / PHOTOPQR/LE PARISIEN/Olivier Corsan

Adolfo Kaminsky, aujourd’hui âgé de 94 ans, a commencé à œuvrer pour la résistance française et juive à l’âge de 17 ans, après un passage par le camp de Drancy en 1943, qu’il pourra quitter quelques mois plus tard grâce à sa nationalité argentine.

A sa sortie, il s’est spécialisé dans la fabrication de papiers d’identité. Ces documents ont sauvé la vie de milliers de Juifs. Il a ainsi collaboré avec des organisations telles que les Éclaireurs israélites, la Sixième et l’Organisation juive de combat, puis les services secrets de l’armée française jusqu’en 1945, qu’il quittera à l’aube de l’engagement du pays en Indochine.

Après la guerre, ce faussaire de génie s’est mis au service de nombreuses causes révolutionnaires dans le monde, dont le mouvement pour l’indépendance algérienne et le mouvement anti-apartheid en Afrique du sud. Connu comme ­« le technicien », dans les années 1950 et 1960, il est le faussaire des réseaux de soutien aux indépendantistes algériens, aux révolutionnaires d’Amérique du Sud et aux mouvements de libération du Tiers-Monde, ainsi qu’aux opposants aux dictatures de l’Espagne, du Portugal et ­de­ la­ Grèce.

Resté fidèle à ses conceptions humanistes, il refusera toute collaboration avec les groupes violents qui émergent en Europe dans les années 1970.

Comment est-il devenu faussaire ? En travaillant chez un teinturier, où il a appris les rudiments de la chimie. Combien de faux papiers a-t-il réalisé ? Impossible de le savoir.

Le musée d'art et d'histoire du judaïsme, à Paris, expose jusqu'au 19 avril une autre facette de son art : ses travaux photographiques. Dans son monde se côtoient des travailleurs, des amoureux clandestins, des brocanteurs, des mannequins réels ou factices.

Et pour en savoir plus, 

Sarah Kaminsky, écrivaine et comédienne, dans "Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire", s'est glissée dans la peau de son père Adolfo Kaminsky, pour retracer la vie de son père. 

A l'origine de l'exposition au musée d'art et d'histoire du judaïsme, le livre Adolfo Kaminsky, changer la donne.

Choix musical : Ma liberté - Georges Moustaki

Archives diffusées :

  • Archive Ina de 1944 : Paul Eluard  au moment de la libération de Paris 
  • Archive du 29 novembre 1947 : Extrait de la session de vote à l’ONU à partager la Palestine en deux états et créer l’état d’Israël (33 oui pour 13 non) 
  • Archive Ina du 1er février 1975 (au micro de Pierre Yves Leprince) : Germaine Tillion parle du lien entre exister et résister et évoque la guerre d’Algérie

Générique : Veridis Quo - Daft Punk 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.