Elle a souvent habitué ses lecteurs à des personnages dans le monde rural ou en exil, cette fois-ci, elle aborde avec ce roman, l'univers urbain et ses solitudes.

Marie-Hélène Lafon, écrivain à Paris le 5 septembre 2017.
Marie-Hélène Lafon, écrivain à Paris le 5 septembre 2017. © AFP / JOEL SAGET

Dans "Nos vies" aux Editions Buchet-Chastel, Jeanne Santoire peuple sa retraite solitaire avec le récit de ses souvenirs familiaux et amoureux, mais surtout avec des histoires qu’elle se raconte en employant le conditionnel. Dans son petit théâtre, il y a Gordana, la belle et plantureuse Gordana, qui occupe le premier rôle, caissière du Franprix de la rue du Rendez-vous à Paris. La jeune femme travaille en silence, prend garde à ne pas croiser les regards des clients, à susciter le moins d’échanges possible pour ne pas avoir à prononcer des mots qui trahiraient son accent étranger. Il y a aussi un homme entre deux âges, d’apparence modeste, qui, avec obstination, passe par la caisse de Gordana, tous les vendredi à heure précise. Jeanne observe, imagine, invente et Marie-Hélène Lafon en tire peu à peu, patiemment les fils de ces vies possibles, imaginaires, imaginées, ou vécues.  Elle sera l'invitée de l'Heure Bleue ce soir pour nous raconter... 

Pastille sonore : Mathieu Riboulet 

Choix musical : Rolling Stones avec "Sympathy for the devil"

Medley de chansons : 

  • Jean Jacques Goldman : "Je marche seul" 
  • France Gall : "Si maman, si" 
  • Michel Jonasz : "Dites moi" 
  • Claude Michel Schönberg :  "Le premier pas" 

Archives : 

Archive Ina du  27 février 1971 : Alexandre Vialatte à propos des Auvergnats

Archive Ina de 1973 : Eddy Merckx lors de sa quatrième et avant dernière victoire du tour de France 

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.