Dans « François, portrait d’un absent », Michaël Ferrier partage l’histoire qui le lie à François, son ami d’enfance décédé accidentellement en 2014. Un hommage bouleversant à l’amitié, ou plutôt les amitiés, et le vivre-ensemble.

L'écrivain Michael Ferrier, le 8 mars 2012 à Paris
L'écrivain Michael Ferrier, le 8 mars 2012 à Paris © AFP / BERTRAND GUAY

Après plusieurs écrits sur le Japon, Michaël Ferrier s’intéresse depuis quelques années à des problématiques plus personnelles et intimes. Dans Francois, portrait d’un absent, il aborde le deuil en évitant l’écueil du pathos.

On retrouve ainsi le parfum léger de la jeunesse, lorsque les jeunes François et Michael se rencontrent sur les bancs du lycée puis, à l’âge de 30 ans, partent à l’aventure, découvrent les voyages et le Japon. 

C’est aussi l’occasion de parler d’art, de cinéma, de littérature et de poésie, dans un récit pudique, pétillant et léger. Une véritable musique du souvenir, une ode à François Christophe, qui fut le cinéaste, et « l’artisan du son » à France Culture.

Pastille Sonore : Philippe Sollers 

Choix musical : Caravan par Thelonious Monk

Extrait de film : 

  • Thierry, portrait d'un absent (Francois Christophe, 1993)

Extrait de fiction radiophonique : 

  • Millenium (adaptation du livre de Stieg Larsson, réalisé par Francois Christophe pour France Culture, 2011)

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.