Dans "Réinventer l’amour. Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles" (La Découverte), Mona Chollet passe en revue les différentes raisons d’en finir avec cette forme de couple… pour finalement plaider en sa faveur.

Portrait de la journaliste et essayiste Mona Chollet auteure de "Réinventer l’amour. Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles" (La Découverte)
Portrait de la journaliste et essayiste Mona Chollet auteure de "Réinventer l’amour. Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles" (La Découverte) © Mathieu Zazzo

Hommes et femmes ignorent qu'ils vivent une histoire d'amour à trois. Le troisième protagoniste c'est le patriarcat, voilà ce que met en lumière Mona Chollet dans Réinventer l'amour.

L'autrice y expose différentes thèses qui nous font voir le couple hétérosexuel d'un autre œil. En premier lieu cette injonction paradoxale qui pèse sur l'amour hétérosexuel, qui érige l’amour en un absolu pour les femmes, et de l’autre côté, prépare les hommes à s’en méfier, à le considérer comme l’élément qui va venir restreindre leurs libertés. 

Elle revient aussi sur les comédies romantiques, les représentations du couple en littérature et dans l'imaginaire commun qui transmettent une forme d’infériorité féminine, suggérant que les femmes devraient choisir entre la pleine expression d’elles-mêmes et le bonheur amoureux. 

Ce que nous rappelle Mona Chollet c'est que l'amour, comme tous les autres faits sociaux, n'échappe pas aux déterminismes et aux injonctions sociales. En déconstruisant le couple hétérosexuel il ne s'agit nullement d'assassiner l'amour, comme on le reproche parfois aux études féministes, mais bien au contraire d'en distinguer nettement sa version misogyne et par-là de le réinventer, de le restaurer. 

Extraits de l'entretien

Une expérience traumatisante à l’origine de sa pensée 

Mona Chollet : "A 13 ans, des garçons m’ont trainée sur une dizaine de mètres en disant qu’ils allaient me violer dans les toilettes. Une expérience banale, que beaucoup de femmes vivent malheureusement. J’avais honte, je me suis dit qu’il fallait que je fasse plus attention, et je n’en ai parlé à personne. J’étais à mille lieux d’une lecture féministe, je ne me disais pas que c’était injuste. 

Penser autrement était impossible

De toutes les façons au milieu des années 1980, personne ne se réclamait du féminisme. Après les années 1970, il y avait vraiment une stratégie de contre-offensive conservatrice dans les médias. Ils représentaient les féministes comme des ringardes, frustrées, malheureuses, mal baisées ou pour des femmes qui avaient soi-disant gagné l’égalité et qui en étaient malheureuses.

Un changement d’attitude de façon progressive et chaotique

Les jeunes féministes font prendre conscience de beaucoup de choses auxquelles je n'avais jamais réfléchi comme le harcèlement de rue, le Mansplaining (quand un homme vous explique un sujet que vous connaissez parfaitement)…

L'amour, une construction, une réalité, un fantasme construit sur l’infériorité des femmes

Notre image de l’amour vient de la littérature, du cinéma, des chansons… Mais aussi ce que l’on entend autour de nous, des petites phrases prononcées sans y penser, des commentaires sur la vie amoureuse des autres, des jugements que l’on porte… 

Nous sommes tous façonnés par cet environnement culturel. J'avais envie de rendre évident à quel point l’idéal amoureux est fondé sur une forme d'infériorité des femmes, qui est vue comme quelque chose de désirable et de sublime.

Le couple idéal est celui où l'homme domine dans tous les dans tous les domaines : la taille physique, le statut social, l'âge… 

C'est très important l'âge où je cite par exemple ce titre du New York Times, à quelques années où il y avait un article qui disait : "Que va devenir l'amour romantique à une époque d'émancipation des femmes ?" Il me semblait que c'était un tel aveu de sur quoi repose le romantisme.

Une domination structurelle

L’idée d’Alain Badiou de « communisme à deux » est très belle, mais loin de la réalité. Et comment pourrait-il en être autrement puisque dans l'amour hétérosexuel, on a affaire à deux personnes qui occupent des positions tout à fait opposées dans un système de domination structurelle qui les dépassent. 

Le cas des hommes féministes qui ont un comportement respectueux, et égalitaire, est intéressant. 

Ils incarnent une sorte d'homme tellement rare qu'en fait, qu’ils se retrouvent à avoir un privilège supplémentaire parce que leur partenaire a intérêt à les garder, d'autant plus, qu’ils peuvent susciter la convoitise d'autres femmes…

La seule vraie solution est un changement de société parce que sinon, même ce qui pourrait apparaître comme un avantage de donner aux femmes se retournant en privilège supplémentaire pour l'homme dans le couple. 

Que les femmes deviennent des sujets désirants

Il faut que les femmes cessent d'attendre que les hommes viennent les chercher ou les désirer. Annie Ernaux dans Passion simple évoque le désir féminin et elle a été tournée en dérision pour cela. 

Comme s'il y avait chose d'intolérable, dont le fait qu'une femme parle de son envie pour un homme. 

Or c’est très beau ce qu’elle raconte : la passion, le don… Même si j’ai beaucoup de mal avec cette dépendance très forte et cette manière d'attendre qu'on inculque aux femmes. 

Des raisons d’espérer

On trouve sur Internet une foule d’informations féministes, contrairement à mon époque. L'évolution des relations amoureuses entre hommes et femmes dépend de la place qu'on va donner à la voix des femmes et de l'audace qu'elles auront à parler, et à ne plus laisser le monopole du discours sur l'amour aux hommes."

Musiques : 

  • Ouverture d’Etienne Daho, la version live sur l’album Sortir ce soir 
  • Le monde s’est dédoublé de Clara Ysé
  • Certainty de Big Thief

Archives :

  • - Albert Cohen à propos de l’amour vrai au moment de Belle du Seigneur Archive Ina de 1968 
  • - Alain Badiou donne sa définition de l’amour au moment de son livre Eloge de l’amour Extrait de l’Heure Bleue du 14 novembre 2017 
  • - Annie Ernaux à propos de son livre « Passion simple » Archive Ina du 11 avril 1992 ( au micro de Nathalie Valin ) 
  • - Chimamanda Ngozi Adichie à propos de l’amour  Extrait de l’Heure Bleue du 11 octobre 2018 
  • - Sandrine Rousseau au micro de Léa Salamé à propos du mouvement éco féministe Extrait de la Matinale du 20 septembre 2021 
L'équipe
Contact
Thèmes associés