Si vous rêvez en ce premier Mai d’île déserte au milieu de la mer Méditerranée, un phare, un âne, une vielle couverture en laine et rien d’autre que la gifle du vent et le silence des poissons, alors amis rêveurs cette heure de radio est pour vous. Paolo Rumiz s’est installé pendant trois semaines sur une île au bout du monde, sans radio, ni télévision, ni Internet, ni téléphone. Rien. Un caillou où il ne se passe rien que le temps qui passe. Paolo Rumiz est italien, c’est un écrivain voyageur, il écrit avec ses pieds aux quatre coins du monde. Ses récits de voyages sont publiés dans « La Republica » et deviennent souvent des livres. Le dernier en date, c’est justement celui où il raconte ce voyage immobile sur ce petit bout de terre perdue dont il ne dira jamais le nom, et, où le phare, par temps de chien, se met à ressembler à un château enchanté.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.