Pantagruel
Pantagruel © Avec l’aimable autorisation de Olivier Martin-Salvan
**Amis rêveurs, ce soir on part en voyage dans la langue de Rabelais, c’est une langue libre, qui jubile, c’est une langue cannibale, qui se moque, qui met tout sens dessus dessous, cul par-dessus tête.** Amis rêveurs, n’ayez pas peur, ce que vous allez entendre ce soir, ce sont des mots qui rigolent, chahutent, bousculent, éructent, c’est la mémoire de notre langue, faite d’argots, de jargons, de patois, une langue populaire et très savante à la fois, Rabelais a inventé une langue qui les contient toutes. Pour faire ce voyage assez périlleux, j’ai demandé à Olivier Martin-Salvan de nous accompagner. Pourquoi lui ? Parce que c’est un drôle géant, comme Pantagruel et Gargantua. Parce que la langue de Rabelais lui a rappelé, des paysages anciens, ses grands- parents qui parlaient le Morvandiau et l’Aveyronnais. Olivier Martin-Salvan a d’abord eu peur de ce torrent de mots, mais il s’y est jeté, au risque de s’y noyer, ballotté par cette langue vivante effervescente et tumultueuse. Il a mené le combat et il l’a gagné en incarnant au théâtre un Pantagruel qui lui a valu d’être nominé aux Molières cette année. Pourquoi Olivier Martin-Salvan ? Parce que c’est un comédien surdoué, parce que ça lui tenait à cœur de faire entendre la langue de Rabelais et qu’il réussit à nous la faire aimer. ## Les liens [Le site Olivier Martin Salvan](http://www.oliviermartinsalvan.com/)
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.