Couverture du livre "Kim" de Rudyard Kipling
Couverture du livre "Kim" de Rudyard Kipling © Radio France

Amis rêveurs, vous devez vous demander qui se cache derrière cette voix lointaine et fantomatique. Et bien c’est la voix de Kipling et c’est la seule archive que l’on ait de lui. Borges disait de Kipling qu’il était beaucoup d’hommes à la fois: un gentleman, un impérialiste, un bibliophile, mais avant tout un artiste convaincu.

Ce soir, je vais vous parler d’un livre que j’aime beaucoup. C’est Kim de Kipling. C’est un roman d’aventure, c’est un voyage initiatique, c’est une belle histoire d’amour et de tendresse entre un vieux lama tibétain et un enfant blanc orphelin pauvre parmi les pauvres dans l’Inde de la fin du 19 eme siècle. Kim c’est le prénom de cet enfant. Un personnage comme tous les écrivains rêveraient d’en inventer un jour et Mathias Enard ne fait pas exception. Kim est un livre qui l’a marqué et qui l’accompagne depuis l’enfance. Parcourir Kim avec Mathias Enard, romancier, orientaliste et grand érudit, c’est vagabonder dans l’Inde des mille et une nuits, c’est errer dans une Inde rêvée, paradis perdu de l’enfance de Kipling. Kim c’est un éloge de la liberté, de la mixité, Kim c’est peut-être le plus beau livre que l’on ait écrit sur l’Inde. J’arrête là sinon vous allez penser que j’exagère.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.