J.P Minaudier en Colombie le jour de la fin du monde maya
J.P Minaudier en Colombie le jour de la fin du monde maya © Radio France
Amis rêveurs, ce soir préparez vous à l’aventure avec un grand A. Jean Pierre Minaudier n’est pas un homme ordinaire et vous allez très vite comprendre pourquoi. Depuis quelques années, Jean Pierre Minaudier ne lit plus que des grammaires du monde entier. Il les dévore comme d’autres le font avec les romans policiers. C’est une passion dévorante et ruineuse : 1163 ouvrages concernant 864 langues, sa bibliothèque vaut le prix d’une Ferrari, que voulez vous, c’est plus fort que lui. Pour lui, un livre de grammaire, c’est comme un livre de poésie. Et plus une langue nous est lointaine, plus elle est isolée, moins elle est parlée, plus elle l’intéresse et si elle est orpheline alors c’est encore mieux. Jean Pierre Minaudier se vit comme un aventurier, un explorateur du 21ème siècle, il navigue sur le monde avec google Earth, il s’imagine des paysages, il s’invente des histoires, il se rêve en Indiana Jones qui découvrirait aux confins de la terre, un peuple qui parlerait une langue extraordinaire encore inconnue de tous. Qui sait ? Pour Jean Pierre Minaudier, les espaces à explorer ce sont les grammaires. Et si la grammaire était la dernière terra incognita ?
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.