L'heure des rêveurs

Les confessions de Jean-Jacques Rousseau
Les confessions de Jean-Jacques Rousseau © Radio France

C’est Sacha Guitry qui disait cela et les choses n’ont pas beaucoup changé depuis. Jean-Jacques Rousseau a suscité des passions et en suscite beaucoup encore. Aventurier, rêveur, philosophe, anti-philosophe, théoricien politique, musicien, persécuté, Jean Jacques Rousseau était tout cela. Et c’est parce qu’il se sentait persécuté qu’il a entrepris d’écrire ses Confessions . Il voulait rendre son âme transparente aux yeux de ses lecteurs, être reconnu pour ce qu’il était. Mais comment se dire, comment tout dire de soi ? Comment déployer tous les replis de son âme ? Pour en parler ce soir avec nous, deux hommes, Philippe Lejeune spécialiste de l’autobiographie, incontournable et William della Rocca, tout aussi incontournable. William della Rocca est comédien, il a adapté Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau en feuilleton théâtral, vingt-quatre heures de spectacle qu’il joue dans des appartements, des écoles, plutôt en petit comité. J’ai assisté à deux représentations et j’ai eu l’impression à chaque fois, quand William de la Rocca entre dans la pièce, seul face à ses auditeurs, d’être face à Jean-Jacques Rousseau. Le vrai comme si Jean-Jacques Rousseau était ressuscité. Pourtant, il y a quelques années encore, William della Rocca ne savait rien de Jean-Jacques Rousseau, il n’avait jamais rien lu de lui, c’est au cinéma qu’il l’a découvert, par une belle soirée de Printemps, c’était en 2006 et ce soir- là sa vie a basculé.

Un avant goût de l'émission

Les liens

Le site de l'Association pour l'autobiographie et le Patrimoine Autobiographique (APA)

Le blog "Jean-Jacques et moi" de William della Rocca

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.