Amis rêveurs, ce soir, on commence notre plongée dans l’œuvre de Romain Gary, avec un de ses romans les plus connus, que vous avez certainement déjà lu, c’estLa promesse de l’aube .

La promesse de l’aube , c’est celle que s’est faite Romain Gary à l’aube de sa vie pour rendre justice et donner un sens aux sacrifices de sa mère. Sa mère c’est Nina dans le livre, Mina dans la vie, juive d’Europe de l’est qui s’est battue pour sa survie, contre les humiliations, et pour donner un avenir à son fils. Mère courageuse, exubérante, grande gueule, dévorante, cette mère est une comédienne du quotidien, une femme qui invente des histoires, qui a besoin de merveilleux. Sa revanche, sa victoire ce sera son fils. Un fils de légende qu’elle a fabriqué de toute pièce, qui se devait d’être un grand homme, un grand séducteur, un grand écrivain, Hugo ou rien. Son fils, lui, s’est acharné à répondre aux rêves de sa mère. Toute sa vie il a fait tout ce qu’il pouvait pour elle, pour réparer ses souffrances. Et pour ça, il devait lui offrir un chef d’œuvre. Pas moins.

La promesse de l’aube c’est un livre sur la mère, un livre d’amour, c’est la promesse de l’amour maternel que la vie ne tient pas. Cet amour irremplaçable qu’aucune femme ne pourra jamais faire oublier.

Pour en parler j’ai rencontré Anne Morange, Anne connait bien Gary, puisqu’elle a passé 8 ans de sa vie à l’étudier, La promesse de l’aube c’est son livre préféré, et c’est bien plus que tout ce que je viens de vous dire. Ce que l’on entend aussi c’est la nécessité pour Romain Gary de redresser le monde et de l’arracher à la barbarie.

Les liens

La thèse d'Anne Morange

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.