Emmanuel Macron n’est pas seulement Jupiter, il est Chronos…

Dans la mythologie grecque Macron-Jupiter aurait été Zeus mais toute cette semaine il a été Chronos, le dieu du temps et de la destinée qui a joué avec les nerfs des « ministrables » potentiellement concernés par le remaniement gouvernemental…  Et avec les nerfs des journalistes… Dès lundi matin, chaque rédaction avait son « dispositif » pour réagir et commenter ce remaniement, nos confrères des chaînes d’info décryptaient même le remaniement avant qu’il ait eu lieu et cela a duré toute la semaine avec une annonce hier vers 19 heures 15… Etre le maitre des horloges, tenir l’agenda, maîtriser le temps vous donne toujours une longueur d’avance, c’est vrai en stratégie militaire, dans une négociation économique ou syndicale c’est vrai bien sûr en politique, il faut savoir doser le temps…

Pourquoi Emmanuel Macron avait-il besoin de doser le temps ?

« Regardez son agenda » nous répond l’Elysée… Lundi et mardi, il consulte les chefs de partis pour parler des élections européennes et visite des restos du coeur… Mercredi conseil des ministres puis réception du président de l’union africaine Alfa Condé où il parle de l’esclavage moderne en Libye comme d’un « crime contre l’humanité »… Jeudi matin discours à la Fondation Chirac pour la paix et l’après-midi devant les maires de France… Aujourd’hui à 11 heures discours sur les violences faites aux femmes… Pas question de parasiter la parole présidentielle avec un remaniement somme toute mineur… C’est la théorie de base de toute communication : un seul message à la fois pour bien être entendu…

Est-ce aussi un message envoyé directement aux journalistes ?

Emmanuel Macron est dans la droite ligne de son début de mandat… Ne pas subir la presse et surtout pas les médias d’info continue… Son entourage avait reproché à certains medias de ne pas restituer « sa pensée complexe »… Dans une école de  Forbach le jour de la rentrée scolaire, Emmanuel Macron l’avait même franchement déclaré reproché aux journalistes « les journalistes ne m'intéressent pas, ce sont les Français qui m'intéressent » 

Mais il n’y a aucune démarche politique dans ce remaniement ?

Si bien sûr ! Il y a un message politique… D'abord Emmanuel Macron est imperméable aux critiques et donc Christophe Castaner reste secrétaire d’Etat aux relations avec le parlement tout en étant chef de parti… Et puis Castaner - comme Benjamin Griveaux le nouveau porte-parole - est un proche parmi les proches d’Emmanuel Macron… Compagnon marcheur des débuts… Le Président a besoin de ce premier cercle et reste attentif aux grands équilibres au sein du gouvernement : du fidèle de la première heure, une ingénieure polytechnicienne Delphine Geny-Stephann (la société civile) et de l’élu socialiste avec de député Olivier Dussopt... Le PS l'a exclu comme les LR avec les ministres de droite, mais au PS comme chez LR, ça met une jolie pagaille... Emmanuel Macron poursuit son travail de sape, sans oublier cet autre message : mardi soir l’Elysée a fait savoir qu’il avait demandé à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique de vérifier avec attention la situation fiscale des éventuels entrants… Une façon de rebondir sur cette information de notre consoeur Louise Bodet de France Info révélée au même moment : lors du remaniement d’août 2014 qui avait vu Emmanuel Macron devenir ministre François Hollande savait qu’un autre entrant Thomas Thévenoud avait des soucis avec le fisc mais pris par le temps, il n’avait pas vérifié si c’était réglé… Ca ne l’était pas et l’on connaît la suite… A croire que Chronos a été vacciné contre les empressements politico-médiatiques…

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.