Nous avons tous été des petits enfants, s’ennuyant pendant des heures sur le siège arrière d’une voiture en route, dans une chaleur nauséeuse, vers la maison d’une grand-mère lointaine, où nous allions retrouver des cousins pas forcément amis, tandis que nos parents discutaient aigrement de choses mystérieuses qui nous rendaient tristes. Et, à ces débuts de vacances pas vraiment gais, certains d’entre nous devaient ajouter le passage d’une frontière, l’entrée dans une langue différente, la confrontation avec de vieux antagonismes familiaux étouffés sous des décennies de silence. Français de première, deuxième ou troisième génération, c’est apprendre à vivre avec un vide en soi.

Cyril Pedrosa
Cyril Pedrosa © Aire Libre / Cyril Pedrosa

Ce que nous entendions Carlos Batista, traducteur d’Antonio Lobo Antunes, décrire comme une honte ancienne intimement liée au déracinement, Cyril Pedrosa, lui, l’a écrit et dessiné dans un superbe roman graphique paru en septembre, coédité par AireLibre et Dupuis, et déjà couronné par de nombreux prix. « Portugal » nous entraîne à la suite d’un auteur de BD en panne d’inspiration et d’envie, Simon, qu’un bref séjour à Lisbonne va soudain décider à explorer les zones de silence de sa famille dont le patriarche , Abel, a fui le régime Salazar en 1936. Dessins subtils, couleurs tantôt glacées, tantôt éclaboussées de soleil, récit toujours intelligemment tenu, « Portugal » est un beau livre qui a déjà séduit plus de 20 000 lecteurs et devrait triompher à Angoulême en janvier prochain.

Le reportage de Martine Abat :

Rencontre avec Emmanuelle Houdart, illustratrice, auteur avec Marie Desplechin de Saltimbanques , aux éditions Thierry Magnier.

Le Salon du livre et de la presse jeunesse a ouvert ses portes à Montreuil et jusqu’au 5 décembre. On peut y rencontrer des auteurs, des éditeurs, assister à des lectures, des ateliers pour les enfants.

Emmanuelle Houdart aime dessiner avec une infinité de détails, d’étranges créatures. Là elle a imaginé une sorte de troupe de cirque. On peut y voir des êtres hors normes, difformes, une femme à barbe, un colosse tatoué, un macrocéphale, une liliputienne… Et Marie Desplechin a imaginé quelle pourrait être leur vie dans de courts textes plein d’humour.

Saltimbanques
Saltimbanques © Emmanuelle Houdart

La programmation musicale :

- François and the Atlas Mountain, Les plus beaux

- Beth Gibbons et rodrigo Leao, Rosa

- Flavio Coelho, O que su

- Lonely Driften Karen, Caroussel

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.