pour l'album "Yo" chez Jazz Village / Harmonia mundi et concerts en France en 2013

Yo
Yo © Radio France

Ibrahim Ferrer, s’exprimant ici en 2003, rappelait ce que fut cette improbable rencontre entre des papys de la musique traditionnelle cubaine, autour du désormais célébrissime Buena Vista Social Club, immortalisé par Wim Wenders, et qui déboucha sur un succès planétaire. Depuis deux ans alors, au milieu de ces magnifiques vieillards, un jeune homme avait remplacé Ruben Gonzalez au piano. Amené et imposé par Ibrahim Ferrer qui avait détecté son incroyable talent, Roberto Fonseca avait 26 ans et déjà deux albums solo à son actif. Ensemble, ils effectueront plus de 400 concerts à travers le monde et réaliseront son dernier disque « Mi sueno » juste avant la mort d’Ibrahim Ferrer en 2005.

Aujourd’hui, à 36 ans, Roberto Fonseca a sorti chez Harmonia Mundi un album somptueux intitulé « Yo », moi en espagnol, qui est une sorte de manifeste autobiographique dans lequel ce musicien éclectique nous offre tout ce qui l’anime, le fait vibrer, l’entraine et le séduit. Rythmes cubains traditionnels et africains s’épousent sur fond de jazz pur, avec des jaillissements de percussions gnawa, des voix américaines, arabes et africaines s’y répondent, transes yorubas et mélancolie intimiste se mêlent. Yo est une véritable réussite. Roberto Fonseca a entrepris depuis des mois une tournée triomphale en France qui se poursuivra en 2013.

Traduction simultanée: Claudine Rimattei

Roberto Fonseca en concert le 13 avril à Saint Brieuc (La Passerelle)

Le reportage de Vinciane Haudebourg:

Dans son nouvel album, Roberto Fonseca plonge dans les racines africaines tout en explorant les rythmes cubains. Rencontre avec deux de ses percussionnistes. Baba Sissoko : fils de griots malien et Joël Hierrezuelo, ami cubain de longue date. Mélange de voix et d’accords des deux pays.

Les liens

Roberto Fonseca

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.