"L’Ineffacé",exposition qui se tient à l'abbaye d'Ardenne, propose un parcours original de Jean-Christophe Bailly à travers la collection exceptionnelle réunie par l'IMEC.

Librairie (Manuscrit du Roman de Troie de Benoît de Sainte-More)
Librairie (Manuscrit du Roman de Troie de Benoît de Sainte-More) © Getty / Print Collection

C’est du chagrin, et presque du désespoir qu’exprimait ainsi Jacques Derrida en imaginant la disparition de la mémoire, la sienne d’abord, mais aussi celle des autres, ceux qui pourraient attester ensuite que cela a bien eu lieu, que telle parole a été prononcée, tel geste accompli.

Cette douleur nous la ressentons aussi, alors que, jour après jour, s’effacent les traces de nos vies, disparait le décor de notre enfance, de nos amours, et que les vestiges matériels de nos existences, frêles esquifs de papier, se délitent au gré des vents contraires. C’est pourquoi nous vivons comme une victoire personnelle chaque sauvetage réussi par les musées, les archives nationales, les bibliothèques publiques, d’un manuscrit sur lequel la main de l’auteur a laissé sa marque. Comme si, dans cette mémoire particulière sauvée, quelque chose de nous tous allait survivre, un écho lointain, une trace attestant que nous avons vécu dans les mêmes temps.

L’année s’achève, une autre commence, dans cet intervalle hésitant il est bon de prendre du temps pour exercer sa pensée à d’autres sujets que l’insupportable éphémère. C’est le moment de s’offrir une journée en un lieu ou vibre comme une prière laïque, où souffle l’esprit, un lieu de calme et de lumière aux portes de Caen.

L’institut Mémoire de l’édition contemporaine s’y est installé en 2004 dans l’ancienne abbaye d’Ardenne et gère, depuis, les archives papier léguées, à ce jour, par six cents intellectuels, artistes, écrivains et poètes, et entreposées sur 27 kms de linéaires. Pour inaugurer la nouvelle nef destinée aux expositions, Nathalie Léger, directrice de l’imec, a confié à Jean Christophe Bailly, poète, dramaturge, écrivain, la conception d’un parcours fascinant et émouvant intitulé « L’Ineffacé », qui propose des fragments, des éclats, des brouillons tirés des fonds de 45 artistes, d’Adamov à Duras, de Barthes à Guibert, de Derrida à Hélion. Des feuillets sauvés de l’oubli, qui préfigurent l’œuvre à venir ou bien entrouvrent la porte du bureau sur un moment de rêverie, et qui, toujours, dialoguent de façon émouvante, drôle parfois.

Nathalie Léger et Jean Christophe Bailly sont, aujourd’hui, les invités de l’Humeur Vagabonde.

Le site de l'Abbaye d'Ardenne , 14280 Saint-Germain-la-Blanche-Herbe ( à une quinzaine de km de Caen)


Le reportage d'Elsa Daynac:

A l’abbaye d’Ardenne,

Les voix des écrivains sont convoquées dans les archives,

On devine leurs hésitations et leurs chemins de pensées.

Mais dans la cour, et les couloirs, et l’abbaye, et la grange, et les caves,

Ce ne sont pas leurs voix que l’on entend,mais l’ambiance des bâtiments :

Ici ça vente, là ça souffle, ici on murmure, là on lit, là-bas on trie,…

Yoann Thommerel, directeur du développement culturel de l’IMEC, nous fait la visite de l’Abbaye,

Avec lui, on suit le chemin des archives :

De leur arrivée à leur conservation et à leur stockage puis à leur consultation…

________________________________________

La programmation musicale:

Vincent Delerm: À présent

MICHAEL KIWANUKA One more night

Bob Dylan : Blowin' in the Wind

Les archives de l' I.N.A.

Jacques Derrida dans Le Bon Plaisir du 22 mars 1986

Je souffre de façon inconsolable "de la perte de mémoire," que ce que je vis ne soit pas gardé et donc répété ... reste sans témoin ...

Sarah KOFMAN : Le stylo de son père, la seule chose qui lui reste de son père ; dans Du Jour au Lendemain le 6 mai 1994

J’écris pour qu’il reste quelque chose de moi, de ma vie, de cette histoire

Pierre Clastres : Le mythe de l’origine des indiens Guayakis

Atelier de création radiophonique 18/02/1975 Producteur, Lebel, Jean Jacques

Merce Cunningham: Comment naît un mouvement

Le bon plaisir 1991

Philippe Lacoue Labarthe dans Du Jour au Lendemain en 2005

Il y a quelque chose dans la musique qui éveille la pensée

Marguerite Duras évoque Robert Antelme

L'esprit d'insoumission : le groupe de la rue Saint Benoît des années 1942 aux années 1964 - 09/08/1993 - Jean Mascolo

Jean Genetdans ses entretiens avec Bertrand Poirot-Delpech en 1982

Puisque tous mes livres ont été écrits en prison, je les ai écrits pour sortir de prison, ; sorti de prison, l’écriture n’avait plus de raison d’être Après quoi dire ?

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.