Pour « Journal d’un cycle » collection Traits et portraits au Mercure de France « Un brillant avenir » Gallimard Prix Goncourt des lycéens 2008 Le problème avec New York c’est que cette ville, une fois rencontrée, ne vous lâche plus. Lieux communs bien sûr qu’évoquer sa beauté, la lumière changeante de son ciel mouvant, l’irrésistible attraction des bords de l’Hudson qui sont déjà la mer. Ville rose, écrit Catherine Cusset, dans un petit livre séduisant et débordant d’énergie paru en mars dans la collection Traits et Portraits au Mercure de France sous le titre à double entrée « New York, journal d’un cycle ». Rose, mais aussi bleue, grise et, la nuit, scintillante comme un diamant. Comme vous le savez déjà L’Humeur Vagabonde était à New York les derniers jours d’avril pour le Festival World Voices organisé par le Pen américain. Nos rencontres avec les écrivains américains ont été diffusées il y a trois semaines. Mais, à New York, nous avons également rencontré un écrivain français qui y vit depuis plus de dix ans et qui a besoin de ce que cette ville lui permet et lui apporte pour écrire ses livres. Tous, jusqu’alors, se déroulaient en France. Mais les deux derniers ont New York pour toile de fond. « Un brillant avenir » paru en 2008 a reçu le Goncourt des lycéens, et « Journal d’un cycle » vient de paraître au Mercure de France. Nous avons rencontré Catherine Cusset dans son quartier, à Soho, au bar d’un hotel très chic où elle est arrivée en tenue de cycliste, ses pinces à vélo à la main. Essayez un peu de tenter l’expérience dans un palace parisien…

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.