pour son livre Les mémorables - traduit du portugais par Geneviève Leibrich - paru chez Métailié

Lidia Jorge - Les mémorables
Lidia Jorge - Les mémorables © Métailié / Lidia Jorge

Ana Maria Machado est une jeune journaliste employée par une grande chaîne de télévision américaine.

Elle a quitté le Portugal, et son père, depuis des années, sans regret, étouffant dans une maison désertée par sa mère et un pays figé dans le ressassement du passé et les déceptions du présent.

Désormais nomade, elle parcourt le monde pour raconter les guerres, les révolutions et se voit demander par son patron, qui veut lancer une série de documentaires qui s’appellerait L’Histoire réveillée , de la réalisation du film sur le renversement de la dictature salazariste le 25 avril 1974. Découvrant l’étendue de son ignorance sur le sujet, elle va tenter de retrouver les derniers protagonistes encore en vie de cette « révolution des œillets » que les jeunes portugais appellent souvent, avec une navrante désinvolture, « Le coup d’état militaire ».

Son enquête lui dévoilera également ce qu’elle ignorait de la vie et de l’engagement de ses parents dans cette lutte pour la liberté.

Le dernier livre de Lidia Jorge , traduit par Geneviève Leibrich et édité chez Métailié, s’intituleLes Mémorables , beau nom pour ces capitaines d’avril et leurs 5000 soldats qui, sans verser une goutte de sang ont, en 22 heures, délivré leur pays, le 25 avril 1974, du joug d’une dictature féroce et sénile.

Récit véridique et romancé, que l’auteur a basé sur une documentation fouillée, pour que revive cette mémoire occultée, mal enseignée aux jeunes générations et souvent salie par les rescapés de la dictature demeurés au sommet de l’Etat. L’écriture de Lidia Jorge, poétique et puissante, se déroule comme une chanson de geste, avec ses couplets et ses refrains, car la répétition de ces hauts faits, par des voix différentes, est ce qui nous permet d’approcher au plus près, au plus vrai, ce que furent ces jours de fierté et d’honneur pour un pays qui vivait dans la honte et la peur.

De retour des Assises internationales du roman à Lyon qui viennent tout juste de s’achever, Lidia Jorge est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde .

Lidia Jorge fut l'une des invitées des Assises Internationales du Roman à Lyon - en partenariat avec La Villa Gillet/Les Subsistances/Le Monde/France Inter

http://editions-metailie.com/rencontre/lidia-jorge-aux-assises-internationales-du-roman-a-lyon/

http://www.villagillet.net/portail/air/actualites/

logo Assises Internationales du Roman
logo Assises Internationales du Roman © AIR-Villa Gillet / AIR
logo Air-Subsistances-Villa Gillet-Le Monde-France Inter
logo Air-Subsistances-Villa Gillet-Le Monde-France Inter © Villa Gillet-Subsistances / AIR

Le reportage de Cerise Maréchaud

C'est un dimanche matin, à Achères dans les Yvelines. Dans l'atmosphère conviviale et gourmande de l'épicerie fine fondée par M Alvez, où l'on trouve les spécialités gastronomiques du Portugal, dont l'imposant cochon de lait grillé entier.

J'y ai rencontré Fatima et Alexandre . Ils avaient 8 et 12 ans et vivaient au Portugal lorsque laRévolution des Oeillets d'avril 1975 a sorti pacifiquement leur pays des années de plombs de Salazar.

Fatima est restée au Portugal plus de trente ans après la Révolution, Alexandre est venu vivre en France à 18 ans.

Tous deux ont vu la démocratie fleurir avec leurs yeux d'enfants, puis s'abîmer au fil de leur vie d'adulte.

Le lien de l'épicerie :Les Saveurs du Portugal

http://lessaveursduportugal.net/index.php/fr/

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.