[scald=10115:sdl_editor_representation]En 1986 Bertrand Tavernier sort son film "Around Midnight", formidable et talentueux hommage au jazz et à son icône maudite, Charlie Parker, mort à 34 ans, détruit par la drogue et l'alcool. Musique magique, déchirante et révolutionnaire, musique qui s'invente en se jouant, qui se lance en permanence de nouveaux défis, qui s'écrit avec le sang, les tripes, la vie de ceux qui s'y adonnent, le jazz raconte l'Amérique des années d'après guerre, le racisme, la misère, la ségrégation, la violence, le crime et la drogue. Entre 1960 et 1962, par la grâce toute puissante d'un directeur plus libéral que ses prédécesseurs, la prison de San Francisco, organise, chaque samedi soir, des concerts et des spectacles de théâtre, entièrement conçus et réalisés par les détenus. Or, à ce moment-là, se côtoient quelques grands nom du jazz, compositeurs ou musiciens émérites, incarcérés pour détention de drogue ou des crimes commis pour se procurer l'argent nécessaires à leurs doses. parmi eux les saxophonistes Art Pepper, Franck Morton et Earl Anderza, les trompetistes Dupree Bolton, le pianiste Jimmy Bunn, et des batteurs, des bassistes qui, parfois, ne joueront qu'en prison. Le journaliste Pierre Briançon est parti à la recherche de ces fantômes, recueillant quelques traces écrites et les trop rares enregistrements réalisés lors de leurs périodes de liberté relative. "San Quentin Jazz Band" est un livre hommage, foisonnant et passionnant sur ces oubliés del'histoire du jazz.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.