A Chabot, au fin fond du Mississippi, il n’y a plus de ségrégation : l’unique école du bled accueille enfants blancs et enfants noirs. Mais, bizarrement, dans la cour de récréation, ils ne jouent jamais ensemble. Et il y a toujours deux églises et deux cimetières, les vieilles habitudes ont du mal à disparaître. D’ailleurs, lorsque la jeune fille des Rutherford, le plus gros propriétaire du coin, disparaît, celui que l’on suspecte immédiatement s’appelle Larry Ott. Il est blanc, mais, voici vingt ans, alors qu’il n’était qu’un ado timide, le nez toujours dans un livre, souffre-douleurs à l’école, il a déjà été accusé du viol et du meurtre d’une gamine pour laquelle chacun savait qu’il avait le béguin. Faute de preuves, il a été libéré. Mais, depuis, il est devenu la bête noire de la communauté. Et aucun client ne s’arrête jamais dans son garage.

Tom Franklin
Tom Franklin © Radio France

« Le retour de Silas Jones » de Tom Franklin parait ces jours-ci chez Albin Michel dans une traduction de Michel Lederer. Roman noir, certes, mais dans lequel l’enquête policière n’est pas l’essentiel. Cette enquête est menée par un policier noir, Silas Jones, qui, vingt ans auparavant, était en secret ami de Larry Ott, avant de rompre toute relation avec lui. Racisme rampant, secrets de famille, amitié trahie, stigmatisation de la différence, sont les sujets de ce roman prenant, dont l’écriture tenue de bout en bout nous baigne dans l’atmosphère moite et sombre de ce Sud à la Faulkner. Celui dont est issu l’auteur, né et grandi en Alabama, et qui vit et enseigne aujourd’hui à Oxford, à l’université du Mississippi.

Interprète : Xavier Combe

Le reportage d'Olivia Gesbert

Chacun à sa manière a aimé l'alcool, les mots, la vie...

Nicola, John et Dan, 3 générations de Fante.

Si John Fante a rendu ce patronyme célèbre avec ses romans "Demande à la poussière", "Mon chien Stupide" ou encore "La route de Los Angeles", c’est Nicola, le grand-père, qui a décidé de la destinée des Fante en quittant l’Italie pour les Etats-Unis en 1901.

Aujourd'hui Dan Fante prend la plume pour raconter l'histoire de cette lignée et celle de sa vie mouvementée, dans un très beau livre-mémoires : « Dommages collatéraux », paru en avril chez 13e Note.

Il signe ce soir son autoportrait.

La programmation musicale :

- Mina Tindle, Pan

- Bobby Womack, Please forgive my heart

- Bob Seger, Your still the same

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.