Ceux qui, reconnus comme les meilleurs dans leur spécialité, savent hisser les profanes jusqu’à eux lorsqu’ils en parlent, possèdent cette intelligence si rare qui définit le maître, au sens le plus noble. Celui qui va transmettre sa passion, l’enseigner, et la rendre vivante pour tous. Claude Lévi-Strauss fut un maître, comme le furent, dans d’autres domaines, Jean-Pierre Vernant, Vladimir Jankélévitch, Henri-Irénée Marrou, Gaston Bachelard ou Fernand Braudel. Se souvenir de les avoir connus, ou simplement écoutés un jour, permet, les matins maussades où l’on nous bassine avec le malheur annoncé des multi millionnaires en euros, de se sentir faire partie des vrais privilégiés.

Françoise Héritier
Françoise Héritier © Odile Jacob

Françoise Héritier, dans son dernier et merveilleux livre intitulé « Le sel de la vie » tout juste paru chez Odile Jacob, raconte qu’elle a eu les larmes aux yeux lorsqu’elle a entendu Claude Lévi-Strauss entamer sa leçon inaugurale au Collège de France. C’était en 1959. Ce souvenir fait partie des mille et un bonheurs que cette grande intellectuelle a eu envie d’énumérer dans ce petit ouvrage inattendu qui arrive après tant d’essais magistraux, dont beaucoup consacrés à la place des femmes dans les différentes sociétés. Ce texte, écrit-elle, risque de surprendre ceux qui ne la connaissent que par ses écrits anthropologiques. Pas ceux qui l’ont bien lue . Gourmande de vie, Françoise Héritier est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde

Le reportage de Martine Abat : La pluie

A la lecture du livre « Le sel de la vie » Françoise Héritier, on est frappé par son attachement à la terre et à toutes les émanations sensorielles de la nature.

Une chose revient très souvent au fil des énumérations : c’est la pluie. L’averse, l’ondée, le grain, la bruine, le crachin... L’eau du ciel parcourt ses pages. Alors j’ai eu envie d’une promenade sonore pluvieuse. A l’occasion d’une exposition au Musée du Quai Branly consacrée à la pluie et qui va commencer le 6 mars, j’ai rencontré Françoise Cousin, ethnologue. Elle montre à travers les collections du musée ce phénomène universel qu’est la pluie, on la prévoit, on la craint, on l'appelle, on s'en protège, on la vénère comme une divinité. Promenade sonore aussi au fil de votre livre, Françoise Héritier.

La pluie
La pluie © Musée du Quai Branly

La programmation musicale :

- Sarah Blasco, Something good

- Fatoumata Diawara, Bissa

- Barbara, Pierre

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.