photo_reportage
photo_reportage © Radio France

Le dernier amour de George Sand (Grasset).

Lorsqu’elle écrit cette lettre à son ami Gustave Flaubert, George Sand approche de ses 65 ans. Elle est revenue s’installer à Nohant deux années après la mort de son dernier compagnon, le graveur Alexandre Manceau. Elle continue à écrire comme elle l’a toujours fait mais c’est dans cette correspondance avec l’auteur de Madame Bovary qu’elle se livre le mieux, sur l’écriture, la politique, ses enfants et les mœurs de son temps. Mise à l’index par l’Eglise, surveillée par la police de Napoléon III, décriée par les écrivains bien-pensants, George Sand, la scandaleuse, la socialiste, est alors au faîte de sa gloire en France comme en Europe.

De ses amours tumultueuses et largement commentées dans les gazettes de l’époque, ce sont évidemment les noms de Musset, Chopin, Mérimée ou Jules Sandeau que l’on aura retenus. Mais l’homme qui a partagé quinze années de sa vie et lui a apporté stabilité et bonheur reste encore largement ignoré. Alexandre Manceau, de treize ans son cadet, entre dans sa vie à Nohant, à la Noël 1849. C’est le meilleur ami du fils bien aimé, Maurice. Et pourtant il ne reste que peu de traces de lui dans les écrits de George Sand. Biographe de Madame Proust et de Madame Zola, Evelyne Bloch Dano s’est donc attachée à rendre toute sa place à Monsieur Sand dans un livre paru chez Grasset : "le dernier amour de George Sand". Et elle est, ce soir, l’invitée de L’Humeur Vagabonde

reportage

Grégoire Louis: escapade littéraire dans le Berry, en compagnie de Georges Buisson, administrateur du domaine de George Sand à Nohant.

oeuvre(s)

  • La petite Fadette

    De George Sand

    Les liens

Le site des Monuments nationaux - Maison de George Sand

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.