Indiscretion
Indiscretion © Radio France

Pascal Bonafoux pour « Indiscrétion, femmes à la toilette » paru aix éditions du Seuil

Bien sûr que les images pensent, comme le dit si justement Tzvetan Todorov. Parfois avec nous, parfois contre nous, souvent malgré nous, elles produisent de la pensée dont l’écho suscite réflexion et imagination. Tentez donc l’expérience, salutaire en ces temps de grande angoisse collective : passez donc une heure ou deux dans un musée, devant vos peintures préférées, vous verrez que votre esprit s’allègera, se remettra à fonctionner, que l’appétit de vivre reviendra. Il suffit d’ouvrir les yeux, de tendre l’oreille, la peinture nous regarde et nous parle. Après, en parler, c’est une autre histoire…

Il va bien falloir pourtant tenter de le faire, ce soir, avec Pascal Bonafoux, qui vient de publier un beau livre, tout à fait délectable, intitulé « Indiscrétion, femmes à la toilette », publié au Seuil. C’est un voyage au long cours à travers cinq siècles de peinture que nous sommes invités à regarder, comme le voulait Degas, à travers le trou de la serrure. Corps de femmes dénudés pour le bain, entourés par les servantes, dans les scènes mythologiques et bibliques, moments intimes et solitaires, à partir du XIXè siècle, pour des femmes qui ignorent être regardées, mais depuis toujours le spectateur est un voyeur. Romancier et historien de l’art, Pascal Bonafoux est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Le reportage de Vinciane Haudebourg :

Deux regards masculins sur ces « indiscrétions » picturales. Celui d’un jeune homme et d’un vieux monsieur. Florian a 23 ans, Pierre en a 83 et ils sont assis devant trois tableaux de femme à la toilette tirés du livre de Bonnafoux. Ils les décrivent et évoquent ce qu’ils éprouvent.

Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.