En 2003 un dessinateur et peintre, Wozniak, rencontre un chanteur et musicien, Manu Chao. C’est le coup de foudre d’amitié, comme si ces deux là avaient parcouru la moitié de la terre juste pour se rencontrer et, ensuite, faire un sacré bout de chemin ensemble. Il est vrai que Wozniak était amené par l’ami Ramon Chao, qui fut l’âme de RFI, père dudit Manu, et qu’ensemble ils venaient de réaliser un « dictionnaire de la mondialisation » tout juste paru chez Plon. Il fallait bien l’arroser, le fêter, le chanter, et ça, avec la tribu Chao, ça n’est jamais fait à la va-vite !

Une année plus tard, Wozniak et Manu publiait « Sibérie m’était contée », textes, dessins et chansons, un superbe livre/CD, premier album entièrement en français sur le Paris de ManWoz, sorte d’auteur bicéphale issu de leur collaboration fraternelle. Manu Chao, bien sûr, on ne le présente pas, surtout ici. Wozniak, que personne n’appelle Jacek, lui, nous est arrivé de Pologne en 1982. Dessinateur en noir et blanc au Canard Enchaîné, il nous éclabousse de ses couleurs tropicales sur des couvertures de livres, de revues, des affiches et quelques trop rares expositions. Il publie aujourd’hui chez Because Music « Manu & Chao…il y a la mer là-bas au loin… », un grand livre jaune soleil et rouge révolution, bourré de photos, de dessins, de petits textes et d’une belle énergie. Et Wozniak est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Le reportage de Gladys Marivat

Comment peut-on être caricaturiste sous une dictature ?

J’ai posé la question à Pat Masioni

Depuis dix ans, ce dessinateur de presse et de BD, originaire de la République Démocratique du Congo, vit en France

Réfugié politique, il s’est remis au travail à Paris où il a collaboré à Bakchich et au Gri Gri International , qui sort ce mois-ci son numéro anniversaire pour ses dix ans

Dans son atelier, autour d’un café, il évoque les heures heureuses et tragiques de son expérience de caricaturiste Kinshasa

La programmation musicale :

- Manue Chao, Clandestino

- Manu Chao, Me llaman calle

- Manu Chao, Dia luna, dia pena

- Manu Chao, Bienvenido a Tijuana

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.