pour Écrire et La mort du jeune aviateur anglais , deux films réalisés en 1993, diffusés sur Arte dimanche 6 Avril 2014 à minuit, dans le cadre d'une programmation spéciale pour le centenaire de la naissance de Marguerite Duras à partir de 17h20

Benoit Jacquot
Benoit Jacquot © Radio France

En 1993 Marguerite Duras approche de ses 80 ans. Elle a cessé de publier et n’écrit plus que son journal. Depuis cinq ans elle porte une canule, posée après la trachéotomie qu’elle a subie en 1988, qui lui fait une voix éraillée. Devant la caméra amie de Benoît Jacquot elle s’exprime, filmée dans sa maison de Neauphle-le-Château, puis chez elle, rue Saint Benoît, à Paris, au cours de plusieurs entretiens qui deviendront deux films. Ce seront ses derniers.

Dans le premier, La mort du jeune aviateur anglais , Duras revient longuement sur une histoire qui s’est déroulée en août 44, près de chez elle en Normandie, alors que les Allemands étaient en pleine débandade.

Dans le second, intituléÉcrire , l’écrivain creuse encore plus profondément dans ce qu’elle nomme « sa nuit », celle d’où jaillit son écriture, mystère familier dont elle n’a jamais cessé de scruter les ombres, afin d’en faire émerger des livres, chacun mené, dit-elle « comme on mène un cheval ».

Dimanche 6 avril, à partir de 17H20, Arte nous propose une programmation spéciale pour le centenaire de la naissance de Marguerite Duras. Des films et des documentaires nous mèneront jusqu’à 1H du matin.

Les deux plus passionnants, Écrire et La mort du jeune aviateur anglais , c’est à partir de minuit que vous pourrez les découvrir. Duras y est libre, en confiance devant la caméra de Benoît Jacquot qu’elle connaît depuis 1972, lorsqu’il fut son assistant sur le tournage de Nathalie Granger. Depuis, ils ont souvent retravaillé ensemble et sont restés amis. Parfois sa voix se fait entendre, demandant une précision, posant une question. Mais la plupart du temps, Duras parle seule, comme on rêve tout haut, et entendre sa pensée se dérouler, ses mots advenir, son monde intérieur s’entrouvrir est fascinant.

Benoît Jacquot est, ce soir, l’invité de L’Humeur Vagabonde

Coffret DVD (et 2 CD) Marguerite Duras : Écrire et La mort du jeune aviateur anglais , deux films réalisés par Benoît Jacquot et deux CD de textes de Marguerite Duras lus par Fanny Ardant

Une coédition Des Femmes -Antoinette Fouque / Éditions Montparnasse (disponible depuis 2009)

Benoit Jacquot
Benoit Jacquot © Radio France

http://www.arte.tv/fr

Le reportage de Léa Minod

Du 6 au 9 mars 2014, quatre jours à peine pour plonger dans la littérature mauricienne...

Invitée au salon du livre international Confluences à l’île Maurice, Léa Minod a promené son micro sur cette petite île, où foisonnent les écrivains.

Un nom revenait dans toutes les bouches, Malcolm de Chazal, pourtant disparu il y a plus de trente ans. Tour à tour penseur, écrivain ou peintre, marginal et prolifique, encensé un temps par Breton en France, puis oublié. Il a marqué au fer rouge la mémoire des Mauriciens.

Robert Furlong fait partie de ceux-là, il dirige la fondation Malcolm de Chazal.

Merci également au peintre Saïd Aniff Hossanee et à la Tantine Maryse (Maryse d'Espaignet) qui m’ont prêté leur voix

Liens

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.