pour « Jean Renoir », aux éditions Flammarion, coll. Grandes biographies

Pascal Mérigeau - Jean Renoir
Pascal Mérigeau - Jean Renoir © Radio France

Depuis la fin des années 50 et les Cahiers du Cinéma, François Truffaut – comme son ami Jacques Rivette - répétait que Jean Renoir était le plus grand cinéaste français, parce que le plus français des cinéastes, sachant capter comme nul autre la fluidité et la spontanéité de la vie. En 1957, lorsque les deux gourous des Cahiers publièrent une série d’entretiens avec le réalisateur de La Règle du Jeu , celui-ci avait entamé sa seconde carrière en France, avec Le Carrosse d’Or et, surtout, French Cancan , après dix années d’exil doré à Hollywood. L’homme affable, bedonnant, volubile et drôle, entré dans la soixantaine, est alors devenu la référence absolue en matière de cinéma grâce à ses films d’avant-guerre dont beaucoup avaient alors été des échecs.

Renoir a beaucoup parlé et s’est même raconté dans des Mémoires. Que pouvait-on bien apprendre de plus sur lui ? Pascal Mérigeau, critique cinéma au Nouvel Observateur, avait une question qui lui trottait dans la tête : quel diable d’homme a bien pu réaliser à la fois La Grande Illusion et La Règle du Jeu , Boudu et Le Fleuve ? Des films aux antipodes les uns des autres. Il a eu la chance de rencontrer Alain Renoir, fils unique de Jean, juste avant sa mort, et celui-ci lui a raconté des épisodes inédits de la vie de son père. Il s’est aussi plongé dans les archives du cinéaste, entreposées à l’université de Los Angeles, et y a trouvé beaucoup de documents éclairants. Son « Jean Renoir » de 1000 pages, paru chez Flammarion, est passionnant de bout en bout car, par delà le portrait d’un homme attachant aux convictions fluctuantes, c’est celui de l’époque et du pays qu’il dresse également.

Recherche d'archives INA : Claire Teisseire (avec Sophie Gillery)

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.