pour "Juger" aux édtions de l'Atelier Martine Abat en remplacement de Kathleen Evin, empêchée. C’est donc à la vigilance que nous appelle Serge Portelli, juge et vice-président au Tribunal de Grande Instance de Paris, dans son dernier livre « Juger » paru aux éditions de l’Atelier. Vigilance de tous, simples citoyens, vigilance des juges eux-mêmes, face à un pouvoir toujours tenté par la mise au pas de l’appareil judiciaire. Une attention qu’il ne faudra pas relâcher au cours de l’année électorale à venir. Serge Portelli nous rappelle que la démocratie est une longue construction jamais terminée et que le juge est l’un des rouages de cette construction. De lui aussi dépend la pérennité de ce fragile équilibre. Touchez une pierre angulaire et l’édifice s’effondre. Dans notre pays, le budget alloué à la justice, près de 7 milliards d’Euros, est inférieur à celui que lui consacre l’Azerbaïdjan (qui compte 9 millions d’habitants). Mais au-delà des questions de moyens, c’est plus largement la politique menée en matière sécuritaire que Serge Portelli pointe du doigt, ainsi que la mise en cause des juges au moindre fait divers. Autant d’attitudes qui sont de nature à porter atteinte à nos libertés dont le juge est le garant.

reportage

Vinciane Haudebourg : Simon, Angelique et Anissa ont 23 et 26 ans. Ils préparent le concours de la magistrature à l'ENSM à Paris. Ils expliquent ce qui les a poussés à choisir ce métier, mais aussi l'abattement avec lequel ils entrent dans la profession...

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.