Des milliers de nord coréens se sont installésau fil des ans dans la zone frontière avec la Chine, fuyant la famine qui dans les années 90 a fait un million de morts, fuyant la dictature implacable de la dynastie des Kim, la misère, la malnutrition chronique. Certains ont fait souche, d'autres deviennent des travailleurs illégaux exploités par les paysans chinois. C'est dans cette même région que Shin Dong-hyuk parviendra en 2005 après d'être évadé du camp 14, situé à des centaines de kms plus bas, et où il était né 23 années plus tôt.

Shin
Shin © Belfond

Son histoire, terrible et honteuse, le journaliste Blaine Harden, correspondant du Washington Post et du New York Times à Séoul, va la lui faire raconter, petit à petit, au cours d'une série d'entretiens durant lesquels il va devoir apprivoiser le jeune-homme qui peine à vivre parmi les gens "normaux". C'est ce récit qu'il nous livre dans ce livre "Rescapé du camp 14", traduit par Dominique Le tellier et qui vient de paraître aux éditions Belfond. Récit d'une enfance martyrisée, d'un esprit dévoyé par des maîtres pervers, d'un corps brisé par les mauvais traitements et la faim chronique, d'une vie impossible à recoudre avec le poids des souvenirs.

Interprète : Xavier Combe

Le reportage de Martine Abat : rencontre avec Shin Dong Hyuk hier à Paris.

Shin Dong-Hyuk est un jeune homme frêle de 28 ans, les cheveux en brosse, jean baskets chemise à carreaux. Il a du mal à regarder l’autre dans les yeux, c’était interdit au camp ; il a du mal à rester assis sur une chaise, il n’y en avait pas dans le dortoir où il vivait, pas plus qu’il n’y avait de lit ou de couverture par des températures de moins vingt l’hiver. Shin s’assoit en tailleur au sol et regarde ses chaussures.

Il est difficile de faire parler Shin, il est tiraillé par le besoin de témoigner de ce qu’il a vécu en souvenir de ceux qui sont morts dans les camps nord coréens ou qui y sont toujours enfermés et y sont nés parfois comme lui, et à la fois il est épuisé de ressasser son histoire. Lorsque je l’ai rencontré hier il est arrivé très en retard parce que passant devant la Foire du Trône il avait absolument voulu monter dans une attraction. Pendant quelque instants peut-être est-il parvenu à se soulever de terre, à s’alléger du poids de son histoire et des crimes dont il a été témoin et qui le hantent

Shin est traduit par Jung Yang-ok

La programmation musicale :

- Leonard Cohen, Darkness

- Camille, Tout dit

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.