[scald=8807:sdl_editor_representation]En mars 2001 la polémique était à son maximum : en ouvrant l'entrée en première année, par le biais d'un examen spécifique, à des bacheliers issus de zones défavorisées, Sciences Po, la vénérable école de l'élite politique et administrative, mettait tout à coup en évidence les limites du modèle classique de promotion par l'école. Pour le directeur de l'Institut d'études politiques, Richard Descoing, l'égalité des chances aujourd'hui doit passer par des aides particulières envers ceux qui n'ont pas les mêmes atouts de départs que d'autres. Cyril Delhay est, au sein de Sciences Po, chargé depuis sa mise en route du projet Conventions d'éducation prioritaire. Il a lui-même été enseignant dans un établissement classé ZEP à la Courneuve. Il publie chez Hachette Littérature un livre qui dresse, sans fioritures diplomatiques, l'historique et le bilan des cinq premières années de cette expérience qui, désormais, inspire d'autres grandes écoles. Sont venus avec lui ce soir, Iva Tankovic, diplômée en juin dernier qui a fait partie de la première promotion ZEP ; Nabil Aït Nakkache, actuellement en 4è année à l'IEP et Jallal Hami qui a intégré l'école en septembre.Sophie Joubert : Lycée Jean Renoir de Bondy, le premier lycée à s'être porté volontaire pour entrer dans les conventions d'éducation prioritaire. Reportage le jour d'un oral blanc : présentation d'un article de presse devant un jury de trois personnes. Rencontre également avec des anciens élèves du lycée qui ont intégré Sciences Po et viennent aider l'équipe d'enseignants.

programmation musicale

Pink Floyd

Another brick in the wall ### OXMO Puccino and the jazz Bastards

Perdre et gagner ### Soccaled

You are never alone

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.