Sauvons l’Afrique, oui, sauvons-la de la violence, de la famine, des maladies endémiques et des guerres ancestrales. Sauvons-la surtout de son éloignement de l’Amérique, terre des rêves accomplis et des espérances exaucées. Et pour la sauver, défilons dans les rues, signons des pétitions bien au chaud dans nos pantoufles et versons notre obole défiscalisée aux organisations charitables. Ainsi nous pourrons marcher la tête haute dans les rues de nos cités nettoyées par des hommes à la peau sombre, et dans lesquelles grelottent des exilés pourchassés par les gardiens de nos lois.

Dinaw Mengestu
Dinaw Mengestu © Albin Michel

Ou alors sauvons-nous nous-mêmes. Ouvrons les yeux et les oreilles, tendons la main vers les autres si différents et tellement semblables, et , surtout, lisons des livres. Des livres qui nous parlent de ces petits riens de la vie que nous ne remarquons plus, et de ces exils intérieurs que nous partageons tous, nés ici ou venus d’ailleurs. « Ce qu’on peut lire dans l’air », 2è roman de l’américain d’origine éthiopienne Dinaw Mengestu, fait partie de ces livres mélancoliques et réconfortants, dans lesquels douceur et férocité s’entremêlent pour que nous nous y sentions pleinement chez nous. Traduit par Michèle Albaret-Maatsch dans la collection Terres d’Amérique d’Albin Michel qui nous donne tant de beaux livres, « ce qu’on peut lire dans l’air » ne doit pas vous échapper.

Interprète en direct : Xavier Combe.

Le reportage de Vinciane Haudebourg :

Corinne Desarzens est tombée amoureuse de l'Ethiopie.

Prés de Genève, là ou elle habite, elle décide un jour d’aider bénévolement ceux qu’on appelle en Suisse "les requérants", c'est-à-dire les sans papier.

Pendant plusieurs mois elle donne des cours de langue à des somaliens, des soudanais et puis il y aura cet éthiopien qui va la bouleverser.

Alors s’impose à elle l’idée de partir en Ethiopie. Comme une évidence. Prolonger l’amour à la découverte d’un pays dont elle ignorait tout.

Son roman « Un roi » vient de paraitre chez Grasset.

La programmation musicale :

- Geoffrey Gurrumul Yunupingo, Wiathul

- Sekouba Bambino, it's a man's man's man's world

- Framix, I can't refuse it

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.