[scald=10451:sdl_editor_representation]En septembre 1954, à la veille de la rentrée des classes, le président du Conseil, Pierre Mendès France, annonce au pays que, dorénavant, les petits français rachitiques vont recevoir chaque jour à l'école une petite bouteille de lait, sucré ou chocolaté. Amélioration de la race et réduction des excédents laitiers, tout le monde y trouve son compte. Marie Nimier a bu le lait de Mendès à son école primaire, rue Robert Estienne, dans ce quartier des Champs Elysées qui ne s'appelait pas encore le Triangle d'Or, mais abritait encore des petits commerçants et même des locataires peu fortunés. Des souvenirs gais et tristes comme un film de Truffaut qui nourrissent le début de son dernier roman "Les inséparables" paru chez Gallimard, histoire d'une amitié, à la vie à la mort, entre Marie la trop sage et Léa qui ne l'est pas assez.Martine Abat : Rencontre avec Christian Boltanski On peut voir en ce moment à la Maison Rouge à Paris dans le 12ème, une installation de l’artiste Christian Boltanski intitulée « Les archives du cœur ». Il s’agit au fond d’un autoportrait minimal de Boltanski puisqu’on y voit dans une grande pièce plongée dans la pénombre, des photos de lui à tous les âges et surtout on y entend les battements de son cœur. Boltanski, dans son travail artistique, a toujours voulu préserver des traces de ceux qui sont partis, des fragments de ce qui a fait leur vie. Et là peu à peu, en vieillissant, son travail ce recentre petit à petit sur lui-même, mais c’est toujours pour mieux nous parler de nous. Il organise d’ailleurs, un enregistrement des battements du cœur des visiteurs qui le désirent, ça se passe dans un petit laboratoire, juste à côté de l’installation. Et cela formera les archives du cœur de Christian Boltanski…

programmation musicale

Lou Reed

Walk on the wild side ### Mauranne

Je n'ai que ça ### Vanessa Da Mata et Ben Harper

Boa Sorte ### liens

La Maison Rouge

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.