pour son roman Au revoir là-haut, paru chez Albin Michel

Pierre Lemaitre-Au revoir là-haut
Pierre Lemaitre-Au revoir là-haut © Radio France

Deux ans après l’arrêt des combats, alors que la France vit toujours à l’heure patriotique et vient d’élire une Chambre Bleu Horizon, un problème terrible ravive la douleur des familles : il faut rendre à l’agriculture les zones de combat au Nord et à l’Est. Déminer et nettoyer la terre des tonnes de métal qui y dorment encore, mais surtout exhumer les centaines de milliers de corps enfouis à la hâte dans des cimetières de fortune et les regrouper dans les grandes nécropoles qui vont être créées. Pour certains affairistes, il s’agit là d’un marché juteux, car l’État est obligé de payer pour chaque corps déterré et chaque cercueil transporté. Pour les adjudicataires il suffira de rogner sur le coût de la main d’œuvre et du matériel fourni pour réaliser d’énormes bénéfices.

Dans son livre Au revoir là-haut , paru chez Albin Michel, Pierre Lemaitre raconte l’ascension implacable du capitaine d’Aulnay-Pradelle, brute raffinée, qui conquiert ses galons le 2 novembre 1918 en envoyant sciemment à l’abattoir ses soldats alors que chacun attend l’armistice, puis qui, revenu à la vie civile, va employer les moyens les plus ignobles pour devenir milliardaire. Sur son chemin vers la fortune, deux de ses anciens soldats vont tenter de se venger de lui mais aussi de cette guerre stupide qui leur a tout pris, en montant une escroquerie aux monuments aux morts qui fleurissent partout en France.

Grand roman populaire sur fond historique comme savait en écrire Alexandre Dumas, Au revoir là-haut se lit d’une traite comme l’un des polars que Pierre Lemaitre a précédemment publiés. A l’orée de cette année qui va voir se multiplier les commémorations du début de la grande boucherie, ce livre met opportunément un peu de poivre dans le brouet patriotard qu’il nous faudra avaler.

Ce soir, Pierre Lemaitre est l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Le reportage de Vinciane Laumonier

Plongée dans les archives familiales de Stéphane Audoin Rouzeau pour son livreQuelle histoire, un récit de filiation , paru aux éditions EHESS - Le Seuil-Gallimard

Stéphane Audoin-Rouzeau
Stéphane Audoin-Rouzeau © Radio France
Grand spécialiste de la Première Guerre mondiale, **Stéphane Audoin Rouzeau** se plonge cette fois-ci dans ses archives personnelles pour voir de façon plus intime comment la grande guerre est passée dans sa famille, a laissé des traces ou des creux, et a façonné les hommes sur trois générations. Il analyse et en même temps se regarde dans les lettres, les photos ou les dessins de ceux qui l’ont précédé. Il y a ses deux grands-pères partis au front, Max et Robert, son père Philippe qui a toujours refusé l’héritage de la Grande Guerre en s’engouffrant dans le surréalisme, et lui-même, Stéphane, qui en a fait son sujet d’étude. C’est un récit de filiation qui raconte l’incapacité pour les non combattants d’appréhender l’expérience de la guerre et la difficulté des fils à comprendre leur père. En toile de fond toujours, cette Grande Guerre qui chemine, se contorsionne et déplace le trauma de génération en génération. **Stéphane Audoin Rouzeau sera au_Rendez vous de l’Histoire de Blois_ du 10 au 13 octobre 2013**
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.