pour son documentaire Les garçons de Rollin diffusé dans le cadre du rendez-vous "Docs Interdits" demain vendredi 3 octobre à 23h15 sur France 3

Jacques Frantz, à côté de ses camarades sur une photo de classe
Jacques Frantz, à côté de ses camarades sur une photo de classe © Archives du Lycée Jacques Decour / Archives du Lycée Jacques Decour

Le lycée Jacques Decour, au pied de la Butte Montmartre, porte ce nom depuis la Libération, en mémoire, chacun le sait, du résistant, jeune professeur d’allemand qui y exerça jusqu’à la guerre. Membre fondateur du CNL, Daniel Decourdemanche, de son nom véritable, fut arrêté, torturé et fusillé par les nazis en mai 1942 au Mont Valérien.

Avant 1945, l’établissement s’appelait Rollin et, comme dans le reste du pays, lycéens et enseignants s’y répartissaient entre une majorité d’attentistes et deux minorités adverses : pro et antinazis qui cohabitaient sans véritablement se combattre, à l’intérieur des murs tout au moins.

Les professeurs et les élèves juifs y furent exclus et pourchassés, comme partout.

Cette mémoire-là demeure soigneusement archivée dans les registres scrupuleusement tenus par l’administration du lycée, et subsiste encore dans les archives familiales et la mémoire floue des anciens de Rollin.

Claude Ventura est un traqueur de fantômes, d’ombres inapaisées que seuls les yeux exercés entraperçoivent, parfois, au second plan d’une vieille photo froissée, dans les marges d’une lettre oubliée au fond d’une valise poussiéreuse, dans les silences d’une conversation hésitante.

Lui qui fut l’un des inventeurs du défunt magazine Cinéma, Cinémas que nous n’en finissons toujours pas de regretter, il revient, de temps à autre, sur nos petits écrans pour nous offrir des films rêveurs et subtils sur quelques disparus qui le hantent. Francis Scott Fitzgerald à Hollywood, Josette Clotis, compagne tragique d’André Malraux, ou les Sœurs Papin, sont ainsi restés gravés dans nos mémoires.

Il fallait bien que les fantômes du lycée Rollin, où il fut élève quinze ans après la fin de la guerre, finissent par apparaître à leur tour devant son objectif. Son très beau documentaire,Les garçons de Rollin sera diffusé sur France 3 demain, vendredi 3 octobre à 23H15.

Claude Ventura est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Le reportage de Vinciane Laumonier

Retour au Kosovo , de Gani Jakupi et Jorge Gonzalez

Gani Jakupi-Retour au Kosovo (BD)
Gani Jakupi-Retour au Kosovo (BD) © Dupuis-collection Aire Libre / Gani Jakupi

Retour au Kosovo est une bande dessinée traversée par cette idée : comment dire l’après.

Gani Jakup i est kosovar. Dans les années 90, il est en France .Le conflit, il le vit à distance, violemment, avec des amis et de la famille dans les deux camps.

Lorsque la guerre se termine, il retourne dans son pays enquêter pour le compte d’un journal espagnol et tenter de retrouver ses proches.

C’est ce retour qu’il raconte ici : l’odeur de son pays meurtri, les armes qui trainent encore, les maisons qui se redressent dans les montagnes.

Déjà en 2012 il avait publié La dernière image un album sur ce retour qu’il traitait d’un point de vue journalistique. Avec celui-ci, c’est le retour d’un homme confronté à son histoire. Et les dessins graphiques qui l’accompagnent, tour à tour colorés, tourmentés, et toujours splendides, laissent transparaitre les émotions de Gani Jakupi.

Retour au Kosovo aux éditions Dupuis dans la collection Aire libre.

Musique de Gani Jakupi , à écouter sur internet https://www.facebook.com/GaniJakupiConnections

Site internet de Gani Jakupihttp://www.ganijakupi.net/Menu.html

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.