Pour « Retour à Reims » Fayard L’humiliation, la honte, la cruauté des regards et des mots, c’est évidemment à l’école que ça s’apprend. Si l’on est, par chance, blanc, hétérosexuel et de famille aisée, la guerre sera faite d’escarmouches, et les blessures cicatriseront vite. Si l’on est déclassé, si l’argent manque à la maison, si l’on est, pire encore, noir ou d’une sexualité différente, la guerre sera sans merci. Comment un enfant n’en viendrait-il pas à haïr une famille, une catégorie sociale, une communauté qui le marque ainsi dans le regard des autres ? Se rêver autre, se construire différent, puis s’évader, seule issue de secours. Annie Ernaux en a fait le socle de son œuvre littéraire. Philosophe et sociologue, écrivain et professeur, Didier Eribon a notamment publié en 1999 « réflexions sur la question gay » et en 2001 « morale du minoritaire ». Poursuivant son travail sur les phénomènes d’infériorisation et de résistance à l’assujettissement, il publie aujourd’hui un livre magnifique sur son propre parcours de transfuge de la classe ouvrière. »Retour à Reims » édité par Fayard, n’a rien à voir avec une confession intime même si l’auteur va chercher loin l’origine de cette honte qui l’a constitué, qui l’a poussé à devenir ce qu’il est aujourd’hui : intellectuel, de gauche et homosexuel militant, l’inverse exact du monde paternel.

Judith Soussan : Entre les mots d'Annie Ernaux, des paroles glanées à la sortie d'une usine de la banlieue parisienne, et les réflexions du sociologue Eric Fassin, évocations à plusieurs voix de la condition dominée et de l'entremêlement des déterminations sociales qui font un individu. Eric Fassin est sociologue et américaniste, professeur agrégé à l'Ecole normale supérieure. Il a publié récemment "Le sexe politique. Genre et sexualité au miroir transatlantique" (éd. EHESS, 2009)

programmation musicale

Placebo

Brigts lights ### Antony and the Johnsons

JP Nataf

Viens me le dire

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.