Que la noce commence
Que la noce commence © Radio France

pour "Que la noce commence " au Théâtre de la Commune à Aubervilliers jusqu’au 21 décembre, puis du 11 au 27 janvier aux Gémeaux à Sceaux, puis tournée en France jusqu’en avril.

En Roumanie, au printemps 1953, il faisait un temps radieux. La récolte de blé s’annonçait excellente, même si les Russes allaient, une fois de plus, en réquisitionner la plus grande partie.

Dans un minuscule village où l’électricité, souvent promise, n’était même pas arrivée, Iancu et la belle Mara, trop amoureux pour attendre, avaient devancé la bénédiction du pope, sous l’œil d’abord complice puis scandalisé des familles.

Juste avant que les pères n’en arrivent aux mains, Iancu s’était décidé à faire sa demande et, enfin, la date de la noce avait été fixée. Mais, le grand jour venu, au moment exact où la fête allait commencer, les autorités russes et roumaines avaient décrété huit jours de deuil national pour la mort de Staline, huit jours sans rire, sans musique, sans épousailles sous peine de graves représailles…

Pour son dernier spectacle au théâtre de la Commune d’Aubervilliers, qu’il quittera dans quelques mois, après avoir présidé à ses destinées depuis quinze ans, Didier Bezace a choisi une noce, comme en 1995 pour sa première mise en scène, avec Brecht et ses petits bourgeois. Il a même placé la barre très haut puisqu’il s’est lancé dans l’adaptation d’un film roumain d’Horatiu Malaele, « Au diable Staline, vive les mariés », sorti en 2009 en France.

Film roumain veut dire, évidemment, énormément d’acteurs, des animaux, de la musique, des cris, des rires, et une pagaille difficilement maîtrisable, semble-t-il, sur un plateau de théâtre. « Que la noce commence » comporte donc 18 acteurs, un cirque, un char russe, un homme oiseau, une géante, un nain, quelques poules, cochons, chiens et chats, une moto, un cinématographe, beaucoup de rires et des larmes.

Et le reportage de Perrine Malinge

  • Rencontre avec Horatiu Malaele et Adrian Astig , réalisateur et scénariste du film Adieu Staline Vive les Mariés! qu'a adapté Didier Bezace. Venus de Roumanie pour voir le spectacle.

  • Jean Haas , scénographe du spectacle et compagnon de travail de Didier Bezace depuis de nombreuses années, dans son atelier du 11ème arrondissement de Paris.

Calendrier

"Que la noce commence" :

  • du 11 au 27 janvier 2013 à Sceaux (Les Gémeaux - Scène nationale)

  • les 31 janvier et 1er février à Chambéry (espace Malraux - Scène nationale)

    • du 5 au 9 février à Grenoble (MC2)
  • du 14 au 22 février à Lyon (Les Célestins)

    • le 8 mars à Martigues (Les Salins)
  • du 13 au 15 mars à Alès (Le Cratère)

  • les 21 et 22 mars à Chalon-sur-Saône (L'espace des Arts)

  • du 26 au 29 mars à Saint-Etienne (Centre dramatique national)

  • du 16 au 18 avril à Angers (Nouveau théâtre d'Angers - scène nationale)

    Evénement(s) lié(s)

Que la noce commence

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.