pour ses livres Les années 10 publié aux éditions La Fabrique et Descente de mediums chez POL

Nathalie Quintane-Les années 10
Nathalie Quintane-Les années 10 © Editions La Fabrique / Nathalie Quintane

Elle a, en effet, vécu à Pierrefitte-sur-Seine, mais aussi à Paris, à Montmagny, à Domont, Dunkerque, Angers, Lisbonne, Beaufort-en-Vallée, Lardiers, et maintenant elle est installée à Digne-les-Bains, dans les Alpes de Haute-Provence.

Elles est poète, plasticienne, écrivain, mais aussi, précise-t-elle, "enseignante travailleuse salariée" et d'extrême gauche.

Depuis vingt ans, Nathalie Quintane bâtit une oeuvre originale, agaçante, fascinante, que l'on classe - parce q'uon a toujours besoin de classer - dans la catégorie "littérature expérimentale", ce qui ne veut pas dire grand-chose, mais fait son petit effet.

Elle écrit vif et parfois compliqué, drôle et désespéré, colérique et pertinent, de petits livres faits de collages de textes et de pensées apparemment sans rapport les uns avec les autres, mais qui racontent, dans une écriture proche de la langue parlée, ce à quoi elle songe en écoutant le bruit de fond du monde dans lequel nous vivons.

Nathalie Quintane-Descente de mediums-POL
Nathalie Quintane-Descente de mediums-POL © POL / Nathalie Quintane

En 2014, elle publie deux livres, Descente de mediums chez POL, son éditeur habituel, où l'on trouve les douze précédents, et Les années 10 aux éditions de La Fabrique, qui a publié les deux ouvrages du comité invisible, surnommé Groupe de Tarnac par la police et les medias.

Dans les deux, Nathalie Quintane parle culture, pensée, perplexité devant le délitement de la gauche intellectuelle, révolte face au langage formaté d'aujourd'hui, et déverrouille, dans l'esprit du lecteur, quelques petites portes qu'il n'avait peut-être pas empruntées depuis longtemps.

Cela s'appelle aussi faire de la politique avec l'écriture.

Nathalie Quintane est, ce soir, l'invitée de l'Humeur Vagabonde .

Elle y sera en compagnie de Melle Elsa Daynac, qui a prêté sa voix particulière aux lectures que nous entendrons dans l'émission, et réalisé le reportage qui portera sur la dispute, au sens de "disputatio", que mènent depuis quelque temps Nathalie Quintane et le philosophe Jean-Paul Curnier à propos de peuple.

Les éditions La Fabrique

http://www.lafabrique.fr/catalogue.php?idArt=879

Les éditions POL

http://www.pol-editeur.com/index.php?spec=auteur&numauteur=212

Le reportage d'Elsa Daynac

Les années 10, p.41 : "Cher Jean-Paul, Depuis 2010, nous avons entamé une manière de correspondance publique, brève et sporadique, à propos du mot peuple" . Au départ, tels sont les termes du désaccord entre Nathalie Quintane et Jean-Paul Curnier : « Le peuple n’existe plus, l’individualité sérielle de masse l’a remplacé. » versus « Le peuple existe. L’individualité sérielle de masse ne l’a pas remplacé. » Débutant par Cher Jean-Paul ,__ ou Chère Nathalie , leurs pensées dialoguent.

Tomates, p.111 : "Chère Nathalie, Quelques précisions Oui, il me faut apporter pas mal de précisions si l’on veut que cette discussion porte sur le fond du fin fond de la surface ". La discussion continue, en fond du fin fond de la surface, Et ce soir, 3 décembre 2014, Jean-Paul Curnier envoie cette lettre sonore, à Nathalie Quintane, et aux auditeurs.

Jean-Paul Curnier, philosophe, romancier, dramaturge Nathalie Quintane, écrivaine, enseignante, gauchiste,

http://www.khiasma.net/rdv/relectures-15-in-su-rrec-tion-4-syllabes-e-meute-2-syllabes/

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.