[scald=12433:sdl_editor_representation]Pour « L’odeur du sang humain ne me quitte pas des yeux » Conversations avec Francis Bacon aux éditions Mille et une nuits Mort en 1992, à 82 ans, le peintre Francis Bacon n’aura pas vu son siècle basculer dans l’horreur des attentats suicides, du terrorisme aveugle et des guerres à fort coefficient de dommages collatéraux. Mais sa peinture, qui nous hurle en pleine face, emplie de corps tordus et de chairs à vif, où s’inscrit, de façon sidérante, la douleur d’être au monde, est probablement celle qui nous parle le mieux des temps actuels. Artiste majeur, accroché dans les plus grands musées du monde, Bacon n’était pas du tout médiatique. Solitaire, farouche, homosexuel brut de décoffrage, adepte de la dérive nocturne dans les lieux les plus glauques, il pratiquait un humour gouailleur et passablement alcoolisé. Il s’est pourtant laissé apprivoiser par un journaliste français, alors à l’Express, et, après leur première interview, en 1982, a accepté de poursuivre des conversations régulières, jusqu’à sa mort, dix ans plus tard. Franck Maubert publie chez Mille et une nuits, le meilleur de ces entretiens, accompagné de quelques photos inédites. « L’odeur du sang humain ne me quitte pas des yeux » en est le titre, réécriture par Bacon d’une citation d’Eschyle. Un DVD du film intitulé "Bacon, l'homme et l'arène" réalisé par Adam Low et édité par Arte Vidéo est sorti le 3 février.Grégoire Louis: La peinture à la radio? Oui, curieusement, ça marche... Un micro parvient à faire voir! Cette fois, ce n'est pas dans l'atelier d'un peintre que je me suis rendu mais chez un collectionneur, de peintures, de dessins et d'estampes. Ce fou de peinture est comédien, il s'appelle David Gabison, et il nous reçoit chez lui pour parler de ses goûts picturaux.

programmation musicale

Benjamin Biolay

Padam ### Dez Mona

Carry on

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.