photo2
photo2 © Radio France
Lui-même amateur quotidiennement désolé de sa maladresse, Roland Barthes recherchait, chez ses pianistes favoris, non la perfection, qui peut éloigner, mais une humanité, une émotion, une façon très personnelle d’être au piano, qui le rapprochait des artistes. Mais cette signature, souvent trouvée en dehors des préceptes académiques, n’est-ce pas, au fond, ce que l’on appelle communément le talent ? Ce quelque chose de particulier qui fera faire à quelques uns le nécessaire pas de côté en dehors des sentiers trop bien balisés de l’apprentissage afin de devenir, pleinement, des artistes. Ce pas de côté, William Sheller l’a fait, lui qui était programmé pour la voie royale Conservatoire et prix de Rome et a choisi de désespérer ses professeurs en devenant saltimbanque. Mais sans renoncer jamais à la musique qu’il aime. Classique, moderne, symphonique, électro, rock, tantôt entouré d’une foule de musiciens, tantôt seul avec son piano, composant des chansons qui nous sont devenues familières comme des quatuors viennois. Son dernier album, "Avatars », datait de 2008. Le prochain sortira le 15 novembre chez Universal juste avant une série de sept concerts parisiens, entre le 29 novembre et le 10 décembre. Et, ce soir, William Sheller est l’invité de l’Humeur Vagabonde. ### **reportage** Julien Cernobori : voyage sonore au coeur de l'Opéra Garnier, à Paris, à la recherche des gens qui le peuplent et qui font avancer ce grand navire.
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.