Marc Roche et Jérôme Fritel pour leur documentaire « Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde » diffusé sur Arte mardi 4 septembre à 20H50

Fondée en 1868, la Banque Goldman Sachs n’avait jamais fait parler d’elle qu’en termes flatteurs jusque dans les années 90. Employant 30 000 personnes sur cinq continents, affichant 700 milliards d’euros d’actifs, soit deux fois le budget de la France, cet empire financier fut jusque là le saint des saints pour tous les surdoués qui voulaient faire carrière à Wall Street. Son entrée en Bourse en 1999 –réalisée par Henry Paulson, qui deviendra sept ans plus tard secrétaire d’état au Trésor de Georges W.Bush- marqua le début de sa transformation en machine à faire des bénéfices à n’importe quel prix, du moment que ce prix est supporté par les autres.

goldman sachs
goldman sachs © Radio France

Marc Roche, correspondant du Monde à la City de Londres et Jérôme Fritel, journaliste chez Capa, se sont associés pour enquêter sur cette pieuvre qui a étendu son pouvoir sur la planète entière en moins de dix ans. Aucun responsable de Goldman Sachs n’a accepté de répondre à leurs questions, mais d’anciens employés « repentis » et quelques spécialistes leur ont livré des histoires très éclairantes sur les méthodes de voyous employées par ces banquiers très spéciaux qui ont plongé des millions de gens dans la ruine pour leur plus grand profit. Leur documentaire, « Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde » sera diffusé demain soir à 20H50 sur Arte.

Le reportage de Martine Abat :

rencontre avec l'économiste Jacques Généreux, professeur d'économie à Sciences Politiques et cofondateur du Parti de Gauche.

Jacques Généreux est économiste, professeur à sciences politiques, cofondateur du Parti de Gauche, il a publié l’année dernière un livre qui vient de sortir réactualisé en poche aux éditions Points. Ce livre se veut un manuel anticrise à l’usage du Citoyen et s’intitule « Nous on peut ! »

Il y explique pourquoi et comment un pays, un gouvernement, peut toujours faire ce qu’il veut face aux marchés, aux banques et mener la politique qu’il souhaite. Car ce sont les Etats qui ont volontairement, dans les années 80, choisi de déréglementer les flux financiers, de n’exercer sur eux pratiquement plus aucun contrôle. Cette politique néolibérale a été initiée aux Etats-Unis par Reagan, en Grande Bretagne par Thatcher, puis par les autres gouvernants européens. Mais il n’en a pas toujours été comme ça, le système actuel et sa folie, la dégradation des sociétés à laquelle il conduit n’est donc pas inéluctable, le système économique tel qu’il fonctionne n’est pas quelque chose de naturel. Pour Jacques Généreux il peut en être autrement. Pour lui les menottes qui en apparence lient les Etats, sont des menottes de plastique qu’ils peuvent faire céder à tout moment.

j généreux
j généreux © Radio France

La programmation musicale :

- Nirvana, The man who sold the world

- Norah Jones, Miriam

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.