pour son exposition Dans la Sicile de Vincenzo Consolo à la Galerie Dina Vierny - 36 rue Jacob Paris 6ème - jusqu'au 7 février 2015

Carlos Freire-Affiche expo Galerie Dina Vierny
Carlos Freire-Affiche expo Galerie Dina Vierny © Galerie Dina Vierny / Carlos Freire

« Ile des jardins et des soufrières, des délices et des souffrances, des idylles et des violences, des fleurs d’oranger et du fiel », c’est ainsi que l’écrivain sicilien Vincenzo Consolo, mort en 2012, décrivait l’attirance mortifère que son île superbe et maudite exerce sur tous ceux qui y passent depuis la nuit des temps.

Il faut lire ses essais, ses articles et ses livres, tous consacrés à la Sicile, dont il s’est exilé longtemps, poussé par son ami Leonardo Sciascia, pour échapper à la barbarie de la mafia et à la corruption des politiques.

Mais tout ce que Consolo écrivait, dans une langue magnifique, se rapportait à sa terre natale, tant aimée, tant haïe et qu’il hésitait, disait-il, « à appeler patrie ».

Une terre qui a pourtant vu naître tant d’écrivains essentiels, Lampedusa, Pirandello, Sciascia, ou Brancati. Terre païenne et mystique, où la mort est une fête, où la beauté et l’immondice s’entremêlent, mais où les hommes n’ont pas totalement pu anéantir la présence des dieux.

Le grand photographeCarlos Freire, né dans la lumière du Brésil, devenu Français dans le gris argenté du ciel parisien, ne photographie qu’en noir et blanc, et c’est ainsi qu’il a fixé les visages des plus grands artistes et écrivains contemporains.

Grand voyageur, il a aussi exposé et publié partout dans le monde ses photos d’Inde, d’Egypte, du Japon, du Portugal, de Grèce, en fait de presque partout, souvent accompagnées de textes d’écrivains devenus ses amis : Jacques Lacarrière, Marguerite Yourcenar, Cesare de Seta, Marc Fumaroli, ou Adonis, le poète syrien qui l’avait guidé à Alep, avant sa destruction.

C’est en 2006 qu’il se rend en Sicile et y rencontre Vincenzo Consolo qui, à plusieurs reprises, lui fera découvrir son île et la lui racontera.

De ce coup de foudre pour un lieu et pour un homme sont nées de superbes photos, paysages et monuments nimbés d’une lumière irréelle, visages jeunes et vieux, empreints de noblesse et de gravité, des photos qui nous parlent d’essentiel.

Elles sont exposées jusqu’au 7 février 2015 à laGalerie Dina Vierny à Paris. Un livre verra le jour au printemps prochain.

Et Carlos Freire est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Galerie Dina Vierny

36 Rue Jacob, 75006 Paris

La MEP - Maison Européenne de la Photo

http://www.mep-fr.org/

http://www.mep-fr.org/evenement/carlos-freire/

Le reportage de Léa Minod

La Sicile, Lucile Mons , l’a approchée pour la première fois en 2009.

Elle avait rencontréAntonio à Paris, lui finissait une thèse de philosophie sur Michel Foucault. Il lui a parlé de son île natale, de son petit village situé à 20 km de Catane, où 60 % des jeunes sont au chômage, de cette oisiveté forcée à laquelle il s’est arraché pour vivre à l’étranger.

Alors Lucile a voulu comprendre cette jeunesse en suspens, là-bas.

Elle en a fait un très beau documentaire, Che Tutto Cambi (Que tout change) , sélectionné aux Etats Généraux du film documentaire à Lussas l’été dernier.

Je les ai retrouvés tous les deux dans leur appartement parisien, avec quelques-unes des photos de Carlos Freire.

Lucile et son regard d’étrangère, Antonio, celui du Sicilien et des phrases de Vincenzo Consolo plein la tête.

Et parce qu’à la radio, les images sont aussi sonores, Lucile m’a confié des ambiances de Sicile pour tenter de reconstituer la bande-son des photographies de Carlos Freire.

Lucile Mons-film "Che Tutto Cambi" (Que tout change)
Lucile Mons-film "Che Tutto Cambi" (Que tout change) © Lucile Mons / Lucile Mons

Le documentaire Che Tutto Cambi , réalisé par Lucile Mons sera projeté à la SCAM à Paris vendredi 30 janvier 2015 (et diffusé en streaming sur Internet)

Pour réserver, envoyer un mail à chetuttocambi@gmail.com

Santa Lucia : Une création sonore autour d’une procession réalisée par Daniel Capeille, ingénieur du son sur le documentaireChe Tutto Cambi > https://soundcloud.com/daniel-capeille/santa-lucia

Les archives de l'INA et les extraits sonores diffusés ce soir

Accroche de l’émission

Vincenzo Consolo :

Les écrivains, à cause de la violence en Sicile , doivent faire leur bagages et partir

La Sicile est la métaphore de l’Italie

Archive INA « Du jour au lendemain » Alain Veinstein 11.11 . 2000 -France culture

__

Vincenzo Consolo :

Le peuple sicilien est un peuple malheureux , doué d’une grande vitalité, constamment en lutte avec sa propre identité

Archive INA « La matinée des autres : La mort en Sicile » 14/09/1993- France culture

Liliane Dufour :

Syracuse

Archive INA « Je vous écris du plus lointain de mes rêves » Claude Villers 16.06.2002 France Inter

__

Vincenzo Consolo

La célébration de la mort en Sicile

Archive INA « La matinée des autres : La mort en Sicile » 14/09/1993 -France culture

Eric Biaggi et Colette Fellous

A Palerme, avec les crieurs et les vendeurs ambulants

Archive INA « Carnet nomade » 26.07.2009 Colette Fellous- France culture

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.