pour son histoire racontée dans le film Desert Dancer de Richard Raymond en salles le 6 janvier

Affiche film "Desert Dancer" de Richard Raymond
Affiche film "Desert Dancer" de Richard Raymond © Head Gear-LipSync-CrossDay productions / Richard Raymond

Au début des années 2000, à Téhéran, un groupe d’étudiants se réunit secrètement dans une cave pour pratiquer une activité totalement prohibée par le pouvoir religieux : la danse.

En effet depuis la révolution islamiste de 1979 et le démantèlement du Ballet National d’Iran, ce genre de spectacles et l’enseignement de cette discipline ont été décrétés contraires à la morale.

Les Bassiji, les redoutables milices chargées de faire respecter les édits des mollahs, traquent impitoyablement les contrevenants qui s’exposent à être battus, voire torturés et jetés en prison. Autour d’Afshin, qui s’est juré de devenir danseur depuis qu’il a vu, enfant, Rudolf Noureev sur une vieille cassette video, va se constituer l’ébauche d’une petite compagnie qui apprend les mouvements grâce à Youtube.

Mais l’envie de montrer enfin ce dont ils sont désormais capables va leur faire prendre un énorme risque : inviter un groupe d’amis à assister à une performance dans un désert au sud de Téhéran.

Le film Desert Danser , réalisé par Richard Raymond, sort en salles le 6 janvier.

Il raconte l’histoire d’Afshin Gaffarian , jeune diplômé en cinéma et théâtre de l’Université islamiste de Téhéran, qui, au cours d’un voyage organisé en Allemagne en 2009, alors que la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinedjad suscitaient d’énormes manifestations, avait choisi de demander l’asile politique en Europe.

Installé en France Afshin Gaffarian a pu suivre les cours de l’Ecole Nationale de Danse et créer sa compagnie baptisée Réformances .

Les acteurs du film, de toutes origines et tous exceptionnels, ont été coachés par le magnifique danseur britannique Akram Khan.

Bel hymne à la liberté et à l’utilité de l’art, Desert Danser raconte le courage et l’ingéniosité dont doivent faire preuve ceux qui, en Iran aujourd’hui, tentent de vivre leurs rêves.

Afshin Gaffarian est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

La compagnie de danseRéformances

http://www.reformances.com/

Afshin Ghaffarian, co-auteur avec Baptiste Pizzinat de Café des Réformances

Afshin Ghaffarin et Baptiste Pizzinat
Afshin Ghaffarin et Baptiste Pizzinat © Compagnie des Réformances / Afshin Ghaffarin et Baptiste Pizzinat

Le reportage de Vinciane Laumonier

Rencontre avec le sociologue Baptiste Pizzinat qui fait partie de la compagnie d'Afshin Ghaffarian et avec qui il a écrit le livre Café des reformances , élaboré au grès de discussions dans les bars et cafés parisiens.

Le café comme un rituel, une discipline, une technique de travail.

C’est donc au café laGalerie 88 que Baptiste Pizzinat nous parle de leur travail en commun.

Le prochain livre de Baptiste Pizzinat sur son travail au sein de la compagnie Reformance : Solo d’un déserteur. Ethnographie d’une démarche artistique - sortie courant 2016.

Archives INA diffusées ce soir

Mahloud Darwich: La poésie est une "contre arme" qui "détruit avec des mains nuptiales"

ARCHIVE INA -L'humeur Vagabonde -16.04.2003

Edward Saïd: quelle identité pour l'exilé qu'il est?

ARCHIVE INA -Les jeudis litterraires- Pascale Casanova- 16.04.2003

Les références

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.