pour son livre La clarinette paru au Seuil

Vassilis Alexakis - La clarinette
Vassilis Alexakis - La clarinette © Seuil / Vassilis Alexakis

Cesser d’être émerveillé par le ciel de Paris ?

Ne plus tendre l’oreille aux conversations dans les cafés et les autobus ?

N’avoir même plus envie d’inventer des vies rocambolesques aux gens croisés dans les allées du Jardin du Luxembourg ?

Et être en permanence agacé par la foule, le bruit, l’agressivité de nos semblables….

Pas de doute, Vassilis Alexakis est devenu un vrai Parisien !

Peut-être est-il en effet temps de repartir vers ce pays quitté au début des années 70 parce qu’il s’enfonçait dans une dictature absurde et féroce.

La Grèce, devenue dernièrement le mouton noir de l’Europe, où les citoyens saignés à blanc par les institutions financières tentent d’inventer de nouvelles solidarités pour survivre tandis que la violence fascisante explose.

Renouer avec son pays natal pour y être un peu utile quand ça va mal, pourquoi pas ?

Vassilis Alexakis a donc commencé à amasser des notes, des idées pour ce projet de nouveau livre, qui devait être le 22ème publié en France avec son éditeur depuis le tout premier, en 1974.

Mais Jean-Marc Roberts était déjà malade, et la progression du cancer, qui l’emporta voici deux ans, dévora également la vie de son ami Vassilis.

Ecrire, se souvenir, rire encore, rêvasser dans des salles d’attente d’hôpital, espérer, enrager, pleurer, dire du mal des « pedzouilles » et se remémorer les moments heureux d’une vie d’amitié, pendant que la Grèce se débat, elle aussi, contre le mal qui la ronge.

Un livre est né de ces longs mois entre douleur et espoir.La Clarinette est publié chez un autre éditeur, au Seuil, mais il est dédié à l’ami disparu, comme on jette une poignée de terre dans la tombe ouverte.

Et Vassilis Alexakis est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde .

Vassilis Alexakis
Vassilis Alexakis © MaxPPP

Rencontre à la Maison de la Poésie

  • Le printemps de la traduction : vendredi 12 juin à 18h30

http://www.maisondelapoesieparis.com/

Le reportage de Fabien Perrier

On entend souvent dire en Grèce que l'Histoire a tendance à se répéter. Les fantômes de la période nazie où les résistants affrontaient les collaborateur ressurgissent en tout cas régulièrement : au cours de la guerre civile, pendant la dictature des colonels entre 1967 et 1974 où les mêmes clivages rejaillirent, voire aujourd'hui à l'heure où débute le procès d'Aube dorée, le parti néo-nazi grec.

C'est l'assassinat de Pavlos Fyssas, un rappeur anti-fasciste, le 18 septembre 2013 qui a réveillé les consciences... et la Justice comme le rappelle Dimitris Psarras .

Ce journaliste, chercheur, auteur est un des seuls à avoir suivi Aube dorée depuis le début de sa carrière. Il est appelé comme témoin au procès.

Le procès historique de plusieurs dizaines de membres et sympathisants du parti néonazi Aube dorée, jugés pour appartenance à une « organisation criminelle » a ouvert le 20 avril, puis été suspendu quelques heures, car l'un des 69 accusés n'avait pas d'avocat.

La justice doit reprendre ses travaux le 7 mai et évaluer si Aube dorée répond aux critères d'une formation « criminelle », un verdict qui menace directement l'existence de ce parti, troisième force politique du pays.

En trame de fond : la manifestation anti-fasciste au début du procès, une manifestation d'Aube dorée où sont tirés des coups de feu, des archives sonores sur la dictature des colonels, des chants grecs repris par les résistants aux colonels et les manifestants d'aujourd'hui.

Les archives de l'INA et les extraits sonores diffusés ce soir

Jean- Marc Robert : « Ma relation avec Vassilis, elle est éternelle »

Archive INA: Ça me dit l'après-midi : Vassilis ALEXAKIS (itw Antoine Lachand) 23/09/2006

Jean-Marc Roberts : « Je raconte des histoires plus que je mens »

Archive INA : Radioscopie 30/11/1979- Jacques Chancel

Jean- Marc Robert : Je n’aime pas les gens qui retiennent leurs larmes ,J’ai pleuré de joie pour le Médicis de Vassilis

Archive INA :A mots découverts - 08/02/1996 Radio Bleue - Sylvie Nicolet

Jean-Marc Roberts : Je me suis toujours senti agréablement étranger (évocation de Vassilis Alexakis)

Archive INA Ephémérides 01/02/2004-France Inter –Kathleen Evin

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.