Jean-Baptiste Harang est ce soir l'invité de l'Humeur Vagabonde pour "Bordeaux-Vintimille", paru le 9 janvier 2013 chez Grassetdans la collection « Ceci n’est pas un fait divers ».

Bordeaux-Vintimille
Bordeaux-Vintimille © Grasset

En 1983, dans la nuit du 13 au 14 novembre, trois brutes avinées en route pour s’enrôler dans la Légion étrangère à Aubagne, ont sauvagement frappé un jeune algérien qui rejoignait Marseille à bord du train Bordeaux-Vintimille , puis l’ont jeté sur la voie alors qu’il était encore vivant. Nul doute que ce fait divers, puisque fait divers il y a, soit encore gravé dans la mémoire de ceux qui l’ont découvert dans les comptes-rendus des media dès le lendemain. En 1983, la gauche arrivée au pouvoir deux années plus tôt, voyait enfler la vague lepéniste qui allait, aux municipales puis aux législatives suivantes, faire basculer des villes et des sièges à l’extrême droite.

Crime raciste ? Sans aucun doute. Facilité par la bêtise crasse des assassins, leur imprégnation alcoolique, l’indifférente bienveillance du caporal de la légion qui les encadrait et, aussi, la lâcheté collective de la centaine de voyageurs qui ont préféré ne pas s’en mêler. Ce que ce genre d’histoire révèle de l’âme humaine, donc de nous-mêmes, n’est pas facile à regarder en face. A l’époque, Jean-Baptiste Harang était correspondant du journal Libération à Toulouse. Il a d’abord couvert l’affaire puis le procès d’assises qui s’est déroulé en janvier 1986 à Montauban. Trente ans plus tard il y revient avec un petit livre sec et magistral, « Bordeaux-Vintimille » qui vient de paraître dans la collection « Ceci n’est pas un fait divers » dirigée par Jérôme Béglé chez Grasset.

Le reportage de Vinciane Haudebourg

Rencontre avec Jérôme Béglé , directeur de la collection "Ceci n'est pas un fait divers", chez Grasset.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.