Le fiancé de Danielle est mort en Algérie. Hantée par ses lettres, elle sombre dans la folie. Jean-Baptiste, son fils, reporter de guerre et auteur de "La Blessure", se débat avec cet héritage. Pour sauver sa peau, il exhume l’histoire de Robert, le chasseur alpin sacrifié.

Pendant la guerre d'Algérie...
Pendant la guerre d'Algérie... © Getty / REPORTERS ASSOCIES

Les secrets douloureux, les traumatismes, les deuils, les pertes insurmontables… Les pauvres parents croient toujours bien faire en les cachant à leurs enfants. Mais ne pas mettre le chagrin en mots ne suffit pas à le faire disparaître. Et un jour c’est dans la tête ou le corps de leurs descendants qu’il va réapparaître. Et il leur faudra bien du temps et des larmes pour nommer enfin ce qui les étouffe. 

Ceux qui sont revenus, apparemment vivants, de cette guerre sans nom que fut la sale Guerre d’Algérie n’ont pas parlé de ce qu’ils y ont vu ni de ce qu’ils y ont fait. Mais l’ombre qui habitait leur âme a assombri les jours de tous ceux qui les ont aimé.

Grand reporter, Jean-Baptiste Naudet a traversé les pires zones de guerre des dernières décennies : ex-Yougoslavie, Tchétchénie, Afghanistan, Rwanda. Et, comme beaucoup de ses confrères, il a aimé cela. Avant de manquer y perdre l’esprit et la vie. 

Durant ses périodes les plus noires, le souvenir de la grave dépression dans laquelle il avait vu sombrer sa mère le poursuivait. Alors, un jour, il a cherché à comprendre et il a enquêté. Sur lui-même et sur cette mère qui, a-t-il alors appris, avait perdu un fiancé en Algérie et cru l’oublier en épousant son meilleur ami.  

La Blessure, publié chez L’Iconoclaste

Extraits de l'entretien avec Jean-Baptiste Naudet 

La guerre, c'est la vérité de l'homme mise à nue dans toute son horreur, toute sa bassesse, toute sa grandeur et  toute sa beauté.  

Je voulais que ce livre soit une catharsis pour moi, puisqu'il y avait ce cadavre de la guerre d 'Algérie dans ma famille qui empoisonnait l’atmosphère. Je voulais ouvrir le cadavre et le sortir, mais ce cadavre empoissonne toujours la société française, et je voudrais aussi que l'on ouvre les portes et que l'on sorte ce cadavre pour en finir.

Plus d'infos

La programmation musicale : Leonard Cohen - On the Level

Lectures : Eric Hauswald

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.