Zouc a disparu de la scène il y a vingt ans, luttant contre la maladie et frôlant la mort de si près qu'elle s'avoue aujourd'hui étonnée d'être "encore là". Zouc, c'était cette étonnante femme en noir qui, physiquement, ressemblait à la femme assise de Copi et qui pouvait devenir en un battement de cil un bébé, un vieillard, une petite fourmi, une femme du monde. Féroce, déchirante, drôle à pleurer, c'était, en dit Nathalie Baye, "l'artiste absolue". Nathalie Baye, Zouc, une rencontre, une amitié, une ressemblance intime, qui l'eût imaginé ? A partir du 10 octobre et jusqu'au 30 décembre, Nathalie Baye sera sur la scène du théâtre du Rond Point pour interpréter les paroles de Zouc telles que les avait fidèlement retranscrites, en 1974, Hervé Guibert, l'écrivain mort du sida en 1991. Le livre de ces entretiens est publié chez Gallimard. Un après-midi de juillet dernier, alors que Paris fondait sous le canicule, Nathalie Baye nous a reçu chez elle pour parler de sa rencontre avec Zouc, de son difficile travail sur ce texte, de son plaisir mêlé d'angoisse à l'idée de remonter sur scène, et puis aussi de ses lectures, du cinéma, de son goût pour la rêverie, de son irrépressible curiosité envers les gens et leurs histoires. Chez elle il y avait du soleil, des chants d'oiseaux, une chienne labrador un peu cabotine et des bibliothèques pleines de livres fatigués. Elle était pieds nus, sans maquillage. Une femme libre, vraie, belle et sympathique.

programmation musicale

Cat Power

Lived in bars ### Franck Sinatra et Bono

I've got you under my skin ### Alain Souchon

Ava Gardner

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.